Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    «Qu’est-ce qu’on fait avec des personnes qui vont fuir les États-Unis?»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 51

    Face à un pays dont les politiques migratoires deviennent plus strictes comme les États-Unis, comment son voisin du Nord, le Canada, peut-il s’adapter? Un débat entre Phil Gurski, président de Borealis Threat and Risk Consulting, ancien des services de renseignement canadiens et Michel Drapeau, avocat et ancien colonel.

    Victoire symbolique de Donald Trump: le 26 juin dernier, la Cour suprême a entériné l'interdiction permanente d'entrée sur le territoire américain aux ressortissants de six pays, pour la plupart à majorité musulmane. Cette décision va-t-elle modifier les flux migratoires, de manière à ce que le Canada, par exemple, accueille davantage de demandeurs d'asile?

    Retrouvez l'émission sur Soundcloud

    Pour Phil Gurski, président de Borealis Threat and Risk Consulting, ancien des services de renseignement canadiens, la question se pose des migrants rejetés par Trump:

    «Qu'est-ce qu'on fait avec des personnes qui vont fuir les États-Unis à cause des politiques de M. Trump?»

    Michel Drapeau, avocat et ancien colonel, décrit ainsi les processus d'accueil des migrants au Canada:

    «Ces gens-là se présentent à un poste douanier, ils passent illégalement au Canada, mais le Canada les reçoit comme étant des réfugiés. Il y a un accord avec les États-Unis: ceux qui se présentent au Canada de cette façon-là ne seront pas refoulés aux États-Unis, on va les accepter et leur faire passer la procédure qu'on réserve aux demandeurs d'asile […] Les familles restent unies, mais on les déplace un peu à travers le Canada en leur donnant un support économique et social et médical.»

    ​Mais quid des dangers de l'immigration, que vise notamment le Président américain? Phil Gursky rappelle à ce sujet les transferts de renseignements entre les deux pays:

    «On ne voit pas tellement de personnes qui viennent au Canada du Mexique, tandis que lorsqu'on parle des immigrés qui traversent la frontière du Canada, il y a toujours un échange de renseignements entre les États-Unis et le Canada. Les deux pays font partie de qu'on appelle les Five Eyes (cinq pays anglophones qui partagent des renseignements de toute sorte).»

    Lire aussi:

    Le Canada face au terrorisme: une leçon pour la France?
    Justin Trudeau sous la pression des migrants
    Le Canada annonce avoir accueilli 50.000 réfugiés syriens en trois ans
    Tags:
    politique, migrants, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik