Sanctions américaines: «on n’a pas le choix, on accepte cette perte de souveraineté»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
582
S'abonner

Un nouvel accord sur le nucléaire iranien peut-il être trouvé ? Quelles sont les conséquences de la rupture américaine ? Les Européens peuvent-ils résister à l’extraterritorialité du droit américain ? Entretien avec Thierry Coville, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), spécialiste de l’Iran.

Alors que les relations entre l'Iran et l'Occident semblaient progressivement s'apaiser suite à l'accord sur le nucléaire iranien, Donald Trump a retiré Washington de ce document, impliquant la remise en place prochaine des sanctions américaines contre Téhéran. Retour sur les conséquences de ce coup de théâtre géopolitique par la chroniqueuse Rachel Marsden.

Thierry Coville, chercheur à l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), spécialiste de l'Iran, explique les enjeux de la décision américaine:

« Ces sanctions qui avaient été levées début 2016 vont être réinstallées avec toute leur force, à partir de début novembre et donc face à ça, beaucoup d'entreprises européennes ont très peur d'être frappées par ces sanctions parce que le risque en cas de sanctions […] il n'y aura pas seulement une sanction financière, vous êtes privés d'accès au marché américain ».

Le spécialiste de l'Iran estime ainsi que les lois extraterritoriales américaines posent un problème de souveraineté:

« Le président américain qui est en train de dire à toutes les entreprises étrangères, vous n'avez pas le droit de travailler sur ce marché parce que vous ne respectez pas le droit américain […] On n'a pas le choix, on accepte cette perte de souveraineté ».

Thierry Coville alerte ainsi sur les risques d'élargissement de ces lois:

« Les Américains ont une arme avec ces sanctions extraterritoriales qu'ils utilisent aujourd'hui sur l'Iran. Qu'est-ce qui les empêche de les utiliser pour le Mexique? ».

Lire aussi:

L’Allemagne réagit aux menaces US contre le gazoduc Nord Stream 2
Trump menace de «fermer» les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
Alain Finkielkraut s’attaque à son tour à Didier Raoult
Tags:
sanctions, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook