Le rêve de la Nation Arc-en-ciel est-il en train de tourner au cauchemar?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
4162174
S'abonner

Alors que la fin de l’apartheid avait fait fleurir l’espoir en l’Afrique du Sud, le pays semble maintenant rongé par la criminalité et la question des terres agricoles prises aux Boers. Jean-Claude Félix-Tchicaya, spécialiste de l’Afrique et Philippe-Joseph Salazar, professeur à la faculté de droit du Cap, vont plus loin dans le Désordre mondial.

Avec la fin de l'apartheid en 1994, un immense espoir s'est levé pour l'Afrique du Sud. Nelson Mandela prônait la réconciliation nationale. La nation Arc-en-ciel allait devenir un exemple de développement pour le continent africain, les investisseurs affluaient et le pays rejoignait même le groupe des BRICS.

Pourtant, la réalité fut tout autre. La criminalité est endémique, au point que le pays a le cinquième taux de meurtre le plus élevé au monde. Pretoria a récemment attiré l'attention internationale lorsque le gouvernement a proposé de saisir et de redistribuer sans contrepartie les terres agricoles des Boers, afin d'atténuer les injustices passées. De nombreux fermiers blancs sont d'ailleurs déjà chassés de leurs terres dans des conditions de violence inouïe. Ce problème n'est-il que la facette visible d'un malaise plus systémique et généralisé dans le pays? Le monde étant concentré sur la question des terres agricoles, d'autres problèmes sous-jacents sont-ils négligés? Et l'Afrique du Sud est-elle toujours vraiment le phare du continent?

Pour en débattre avec Rachel Marsden, Jean-Claude Félix-Tchicaya, spécialiste de l’Afrique et chercheur pour l'Institut de Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) et le professeur à la faculté de droit du Cap, Philippe-Joseph Salazar, également auteur de «Paroles armées: Comprendre et combattre la propagande terroriste» (Éd. Lemieux Éditeur).

 

 

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
terres agricoles, BRICS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook