Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Le côté obscur de la guerre au Yémen

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    2128144

    Pendant la guerre du Yémen, les ventes d’armes à l’Arabie saoudite se poursuivent. Des mercenaires seraient même déployés sur le terrain par la coalition anti-houti. Pour faire le point sur ce conflit, Rachel Marsden reçoit Karim Émile Bitar, directeur de recherche à l’IRIS, spécialiste du Moyen-Orient et de la politique étrangère des États-Unis.

    Alors que l'ONU peine à se mettre d'accord sur la constitution d'une commission d'enquête sur le Yémen et que la situation sur le terrain devient chaque jour plus dramatique, Le Désordre mondial s'interroge sur les acteurs de ce conflit. En effet, dernièrement, l'agence de presse officielle du Yémen, Saba News, a publié des informations selon lesquelles l'armée yéménite aurait tué des dizaines de mercenaires payés par les Saoudiens lors de frappes de drones. Selon le New York Times en 2015, les Émirats arabes unis ont secrètement envoyé des mercenaires colombiens, panaméens, salvadoriens et chiliens au Yémen. Et alors que les ventes d'armes occidentales à Ryad se poursuivent de plus belle, Mike Pompeo, le secrétaire d'État américain, a déclaré que l'Arabie saoudite et les EAU faisaient «tout leur possible» pour réduire le risque de pertes civiles et de dommages collatéraux. Circulez, il n'y a rien à voir….

    Que se passe-t-il vraiment dans les coulisses de ce conflit? Éléments de réponse avec Karim Émile Bitar, directeur de recherche à l'IRIS, spécialiste du Moyen-Orient et de la politique étrangère des États-Unis.

     

    Lire aussi:

    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    La Voix du Nord enfonce le clou sur son refus de publier une interview de Macron
    Tags:
    guerre, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik