Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    À l’Onu, Trump désigne ses prochaines cibles

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    270

    Il n’aura échappé à personne que Macron et Trump ont présenté des visions antinomiques des relations internationales à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies. Trump a de plus désigné ses nouveaux ennemis. Pour décrypter ces allocutions Olivier Piton, auteur de «Les Transgressifs au Pouvoir –Emmanuel Macron et Donald Trump».

    Une tribune planétaire. C'est ce qu'offre l'Assemblée générale des Nations unies qui se tient en ce moment même à New York. L'occasion pour les chefs d'État de faire valoir leurs projets et leur vision du monde. Certains des dirigeants des plus grandes puissances ont pourtant boudé ce rendez-vous, comme le Président russe Vladimir Poutine, le Président chinois Xi Jinping et la chancelière allemande Angela Merkel.
    Si Emmanuel Macron s'est fait le chantre du multilatéralisme, tel n'a assurément pas été le cas de Donald Trump. Si les allocutions des orateurs sont souvent ciselées au millimètre et demandent à être lues entre les lignes, on ne peut en dire autant de celle du locataire de la Maison-Blanche, qui a au moins le mérite de la clarté. L'an dernier, son discours a visé certains ennemis. Cette année, l'un d'eux est maintenant loué par Donald Trump. Ce qui soulève la question: Quelles sont ses nouvelles cibles?
    Pour répondre à cette question et commenter le matche Trump-Macron à New York, Rachel Marsden reçoit Olivier Piton, avocat en droit public. Il est le président de la Commission des lois à l'Assemblée des Français de l'étranger, et l'auteur du livre, «Les Transgressifs au Pouvoir —Emmanuel Macron et Donald Trump» chez Plon.

     

     

    Lire aussi:

    Pour le parti Démocrate US, «l’ennemi continue à être la Russie»
    Charlottesville: Trump au milieu d’un conflit racial?
    La doctrine Trump: «une rupture incroyable dans la vie politique américaine»
    Tags:
    cibles, ONU, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik