Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Raid israélien, une étincelle de plus dans la poudrière syrienne

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    55087

    Imbroglio dans le ciel syrien. Un raid de l’aviation israélienne a indirectement causé la perte d’un avion de reconnaissance russe. Au delà de l’anecdote, l’incident pose la double question de la légitimité de ces raids et de la présence de forces iraniennes, visées par le raid, en Syrie. David Elkaïm, chercheur au CF2R revient sur le dossier.

    La semaine dernière, la Russie a accusé Israël d'être responsable de la perte de l'un de ses avions de surveillance au-dessus de la Syrie. L'attaque a entraîné la mort des 15 Russes à bord. «Les pilotes israéliens utilisaient l'avion russe comme bouclier et l'ont poussé dans la ligne de feu de la défense syrienne», selon un porte-parole du ministère russe de la Défense.
    Quatre avions de combat israéliens visaient apparemment des cibles iraniennes ou pro-iraniennes dans le nord de la Syrie, dont la nature exacte reste à déterminer.

    Une attaque qui pose en tout cas la question de la légitimité de telles attaques et de la présence de forces iraniennes en Syrie. «Cela est arrivé à cause d'une frappe aérienne israélienne contre les Iraniens qui tentent d'équiper les terroristes du Hezbollah de capacités de missiles balistiques», a déclaré John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

    Qui est vraiment responsable de l'incident? Et comment cela a-t-il changé la situation en Syrie? Pour démêler cet écheveau, Rachel Marsden reçoit David Elkaïm, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) et qui a travaillé au ministère des Affaires étrangères. Il est aussi l'auteur de l'Histoire des Guerres d'Israël, publié aux éditions Tallandier.

     

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    raid, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik