L’irrésistible (?) ascension de l’Alt-Right internationale

Le Désordre mondial
URL courte
160
S'abonner

Emmanuel Macron a fait du combat contre le «populisme» son cheval de bataille, mais il est loin d’être le seul. Plus précisément, le courant «Alt-Right» déborde largement des USA où il est né. Comment expliquer son succès? Philippe-Joseph Salazar, auteur de «Paroles armées: Comprendre et combattre la propagande terroriste», analyse le phénomène.

C'est un phénomène qui semble préoccuper les dirigeants du monde entier: la montée du «populisme» ou de l'«Alt-Right» (droite alternative aux USA) au niveau international. Cette semaine, lors de la réunion de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, des leaders ont fait allusion au type de rhétorique promue par ce mouvement. Emmanuel Macron a déclaré dans son discours que «les génocides étaient nourris par les discours auxquels nous nous habituons».
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déploré que «les valeurs universelles s'érodent». Pendant ce temps, Donald Trump est souvent accusé par les critiques d'être trop tolérant à l'égard de la rhétorique associée à l'Alt-Right.

Comment le mouvement «populiste» et plus précisément l'«Alt-Right» sont-ils devenus si importants, si rapidement? Que veulent vraiment ces mouvements? Philippe-Joseph Salazar répond aux interrogations de Rachel Marsden. il est auteur de «Paroles armées: Comprendre et combattre la propagande terroriste» (Éd. Lemieux Éditeur) et professeur à la faculté de droit du Cap en Afrique du Sud, spécialisé dans les questions de terrorisme, de surveillance, de rhétorique des propagandes.

 

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Tags:
populisme, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik