Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Le pétrole est-il toujours la cause des conflits actuels?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    132

    C’est un lieu commun, les hydrocarbures, leur contrôle, leur exploitation, leur acheminement sont la cause majeure –et inavouée– des conflits récents. Pour expliquer, nuancer et même parfois contredire cette thèse, Le Désordre mondial reçoit Philippe Sebille-Lopez, directeur fondateur du cabinet Géopolia et spécialiste des enjeux énergétiques.

    "Pas de guerre pour le pétrole". Nous avons tellement entendu ce slogan qu'il est maintenant presque trop facile de supposer que derrière chaque guerre se cache un motif économique liée au pétrole.

    Alain Juillet, l'ancien directeur de la DGSE, a souligné le problème dans un colloque diffusé sur Public Sénat en 2016. Il y expliquait comment les troubles avaient commencé en Syrie en 2011. Bachar al-Assad avait le choix entre deux solutions pour extraire le gaz naturel provenant du plus grand gisement de ce type au monde, situé sous l'Iran. Assad a choisi la proposition iranienne au détriment de celle poussée par le Qatar et l'Arabie saoudite. Juillet souligne que peu de temps après, les troubles ont commencé en Syrie.

    Si les États-Unis sont censés se dégager du pétrole étranger et s'orienter vers l'indépendance énergétique, pourquoi les "guerres pour le pétrole" seraient-elles toujours d'actualité? Et quels conflits actuels peuvent être attribués à cette soif apparemment insatiable? Pour répondre à ces interrogations, Rachel Marsden reçoit Philippe Sebille-Lopez, docteur en géopolitique et directeur fondateur du cabinet Géopolia, également spécialiste des enjeux énergétiques.

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    conflit, pétrole
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik