Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Manœuvres de l’Otan en Norvège, Guerre Froide dans le cercle polaire

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    442

    À la frontière de la Russie, les plus grandes manœuvres de l’Otan depuis 16 ans augmentent la tension entre l’Alliance et Moscou. La Norvège a-t-elle des raisons de se sentir menacée par la Russie et celle-ci par l’Otan? Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l’université américaine de Paris, décrypte les enjeux de ces exercices militaires.

    Avec les manœuvres Trident Juncture, qui se déroulent en Norvège, l'Otan procède à ses plus grands exercices militaires depuis 2002: Plus de 40.000 participants de 30 pays sont attendus. Destinées à répondre à une hypothétique «agression russe» dans la région arctique de ce pays, ces manœuvres s'accompagnent d'un renforcement de la présence américaine en Norvège, qui verra doubler le nombre de marines américains sur son sol l'année prochaine.

    Logiquement, Moscou ne voit pas d'un très bon œil cette activité militaire à ses frontières et le fait savoir: Jeff Mac Mootry, l'Otan, a expliqué au Telegraph de Londres: «Par exemple, lorsque nous lançons des exercices dans le cadre de notre programme de défense antimissile balistique, nous voyons plus de navires russes que d'habitude et ils se rapprochent de nous plus qu'au cours des dernières décennies. Ils veulent clairement rendre visible leur présence. »

    Quel est le but de ces manœuvres, et que signifient-elles pour l'avenir des relations entre la Russie et l'OTAN? Oleg Kobtzeff, professeur de géopolitique à l'université américaine de Paris, livre son analyse au Désordre mondial.

     

    Lire aussi:

    L'Otan s'entraîne à prendre la région russe de Kaliningrad
    L’Otan prépare ses troupes à une invasion de la Norvège par la Russie
    Quatre blessés lors d'exercices de l'Otan, selon des médias
    Tags:
    agression russe, OTAN, Norvège
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik