Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Pour Trump, la colonne de migrants honduriens, encore un coup du Venezuela!

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    325

    Une colonne de migrants traverse l’Amérique centrale en direction des USA. Pour Trump, le coupable est tout trouvé: c’est le Venezuela qui aurait financé l’opération. Par ailleurs, Trump a envisagé l’organisation d’un coup d’État contre Maduro. Andrés, auteur du livre «Comprendre le Venezuela», décrypte la relation Washington-Caracas.

    Mike Pence accuse le Venezuela d'être responsable de la caravane de milliers de migrants qui traverse actuellement le Mexique en direction de la frontière américaine. Selon le vice-Président américain, le Président hondurien lui aurait dit que des «groupes de gauche» avaient organisé la caravane et qu'elle était financée par le Venezuela. Trump a ajouté sur Twitter que «des criminels et des inconnus du Moyen-Orient en font partie».

    Les responsables en Amérique centrale, cependant, disent que le groupe est composé principalement de Honduriens. En plus de ces étranges déclarations américaines, rappelons que le gouvernement Trump n'a pas caché qu'il voulait que le Président vénézuélien, Nicolas Maduro, quitte le pouvoir. Le mois dernier, le New York Times a annoncé que le gouvernement Trump avait discuté d'un plan de coup d'État avec des officiers rebelles vénézuéliens. Que se passe-t-il réellement entre les États-Unis et le Venezuela? pour nous aider à y voir plus clair, Rachel Marsden reçoit Andrés Bansart, chercheur et écrivain, auteur du livre «Comprendre le Venezuela» (Éd. Le Temps des Cerises Éditeurs).

    Lire aussi:

    Les États-Unis refusent de rompre les relations diplomatiques avec le Venezuela
    Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre au Venezuela l'or «volé»
    Kremlin: Maduro est un Président légitime, la question de l'asile est déplacée
    Tags:
    Donald Trump, Honduras, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik