Trump et le «Game of Thrones» des sanctions contre l'Iran

Le Désordre mondial
URL courte
Par
129
S'abonner

Le rétablissement des sanctions américaines contre Téhéran ne se résume pas à un échange de tweets parodiant la série Game of Thrones. Washington semble vouloir pousser à un changement de régime en Iran. Avec quelles conséquences? Houchang Hassan-Yari, Professeur au Collège militaire royal du Canada analyse la situation pour le Désordre Mondial.

«Les sanctions arrivent» a lancé Trump à l'Iran dans un tweet parodiant la série Le Trône de Fer. «Je m'opposerai à vous», a répondu sur le même mode Qasem Soleimani, commandant de la Force Qods, l'agence de sécurité extérieure iranienne. Les différends diplomatiques sont-ils désormais condamnés à être réduits à des punchines parodiant Game of Thrones?

Au-delà des artifices de communication, les sanctions contre Téhéran, décidées après la dénonciation de l'accord sur le nucléaire iranien par Washington, ressemblent tout bonnement à une opération de «regime change»: Washington semble vouloir appliquer une telle pression économique sur l'Iran que de renverser la théocratie devienne la seule issue pour le peuple iranien.

Est-ce une stratégie réaliste? Les États-Unis ont-ils envisagé les conséquences d'une telle opération et un après Répubique-Islamique en Iran qui ne tourne pas au chaos? Houchang Hassan-Yari, Professeur émérite au Collège militaire royal du Canada et président de La société internationale de sciences militaires (SISM / ISMS), aborde ces questions au micro de Rachel Marsden.

 

 

Lire aussi:

Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Tags:
Brigades al-Qods, États-Unis, sanctions contre l'Iran, Game of Thrones, Société internationale de sciences militaires (ISMS), Houchang Hassan-Yari, Qassem Soleimani, Donald Trump, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook