Des cybermercenaires américains, ex-membres de la NSA, au service des Émirats

Le Désordre mondial
URL courte
Par
252
S'abonner

Reuters a dévoilé les agissements d'un groupe d'ex-membres de la NSA, l'agence de surveillance électronique américaine, qui agissaient comme hackers pour le compte des Émirats arabes unis. Pour évoquer cette affaire, Rachel Marsden reçoit Thierry Vallat, avocat dans les nouvelles technologies et Cédric Pradel, ancien officier de renseignement.

Ex-membres de la NSA et pirates informatiques pour le compte d'une puissance étrangère? C'est l'incroyable histoire que révèle une enquête exclusive de Reuters. L'agence de presse a mis sous les feux de la rampe les activités d'un groupe de hackers, passés par la célèbre agence de surveillance électronique américaine, qui vendaient leurs services aux Émirats arabes unis (EAU). Ils ciblent les ennemis de cette monarchie du Golfe, dont des dissidents, des militants, des journalistes et des rivaux politiques.

Si tout le monde a entendu parler des mercenaires, qu'en est-il des cybermercenaires? Et tout comme les mercenaires classiques ont besoin d'armes pour accomplir leur mission, ces cybermercenaires ont également besoin d'armes informatiques pour pénétrer les appareils et les systèmes de leurs cibles.

Qui crée et fournit ces armes? D'où viennent-elles? Comment se sont-elles retrouvées entre les mains de ces cybermercenaires américains basés aux EAU? Pouvons-nous être aussi leur cible? pour débattre de toutes ces questions, Rachel Marsden reçoit Thierry Vallat et Cédric Pradel. Thierry Vallat est avocat dans le secteur des nouvelles technologies, notamment en droit des drones et droit de l'Internet. Cédric Pradel est ancien officier de renseignement, chef de la sécurité de l'information de la Marine nationale et ancien officier de cyberguerre à l'État-Major des Armées.

Lire aussi:

Darmanin «choqué» par les rayons de la cuisine communautaire dans les hypermarchés
Un simple contrôle vire à la violente agression de deux gendarmes en Charente-Maritime
«Rayons produits bretons»: Ferrand ironise sur les rayons de produits communautaires qui choquent Darmanin
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
cybermercenaires, piratage, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Cédric Pradel, Thierry Vallat, Émirats Arabes Unis, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook