Netanyahou évoque une «guerre avec l’Iran». Bluff ou réelle menace?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
14232
S'abonner

À propos du sommet de Varsovie sur la paix au Moyen-Orient, Benjamin Netanyahou a évoqué «une réunion pour faire avancer la guerre contre l’Iran». Si le Premier ministre a depuis nuancé ses propos, la menace plane toujours. David Elkaïm, chercheur au CF2R, revient sur ces propos et les enjeux qu’ils recouvrent réellement.

Conférence pour la paix au Moyen-Orient ou sommet pour la guerre contre l’Iran? À propos de la conférence qui s’est achevée le 14 février à Varsovie, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou lui-même a été assez clair dans une vidéo enregistrée en marge du sommet: «Il s’agit d’une réunion ouverte avec les représentants des principaux pays arabes réunis avec Israël afin de faire avancer l’intérêt commun de la guerre contre l’Iran».

Malgré de maladroites mises au point évoquant l’utilisation du mot «guerre» au sens figuré, le message est clair: Israël et ses alliés dans le golfe Persique évoquent ouvertement un conflit avec l’Iran. D’où vient cet aplomb? Et est-ce une simple tactique de négociation ou ces déclarations seront-elles suivies d’effet? Dans ce cas, à quoi pourrait ressembler un changement de régime?

De tels propos mettent également Israël en désaccord avec l’Europe, peu enthousiaste à l’idée de renverser les mollahs.

Quels sont les risques, les bénéfices potentiels et les réalités derrière le discours de Netanyahu sur le changement de régime iranien? Pour répondre à ces questions, Rachel Marsden reçoit David Elkaïm, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il a travaillé au ministère des Affaires étrangères et est également l’auteur de l’Histoire des guerres d’Israël, publié aux éditions Tallandier.

Lire aussi:

Plus de 100 caddies abandonnés: les clients «livrés à eux-mêmes», le 1er mai tourne au fiasco – images
Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Vers une suspension des brevets des vaccins anti-Covid: Big Pharma K.O. debout?
Tags:
menace, David Elkaïm, Benjamin Netanyahou, Europe, Varsovie, Iran, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook