Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Que cherchent les États-Unis en qualifiant l’armée iranienne de «groupe terroriste»?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    8420

    Washington a récemment qualifié le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique, une unité militaire iranienne, de «groupe terroriste». Au delà de faire plaisir à Israël, quel est l’intérêt de cette annonce inédite? Consultant en risques politiques, George Voloshin décrypte cette situation pour le Désordre mondial.

    Pour la première fois de l'histoire, les États-Unis ont désigné une unité militaire d'un pays étranger de groupe terroriste. Donald Trump n'a pourtant pas justifié sa décision de désigner le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI) d'Iran de groupe terroriste.

    Cette annonce a incité le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou à commenter sur Twitter, en hébreu: «Merci d'avoir répondu à une autre de mes demandes importantes, qui sert les intérêts de nos pays et des pays de la région. Nous continuerons à travailler ensemble contre le régime iranien, qui menace l'État d'Israël, les États-Unis et la paix dans le monde.» Sauf que de qualifier une unité militaire iranienne d'organisation terroriste ne favorise en rien la sécurité de l'Amérique. Ce n'est pas comme si l'Iran était en train de commettre des actes terroristes contre des Américains.

    L'annonce de cette décision par la Maison-Blanche ne contenait aucun détail sur des actes ou activités terroristes présumés iraniens, ce qui peut laisser penser qu'il s'agit d'une instrumentalisation politique du terme «terroriste». L'Iran a déjà répondu aux États-Unis en qualifiant le Commandement central de l'armée américaine d'organisation terroriste et en l'Amérique de «partisane du terrorisme».

    Cette épidémie d'insultes pourrait-elle mener à une intervention militaire injustifiée? George Voloshin, professionnel dans le domaine du crime financier et de l'intelligence économique et consultant en risques politiques pour des organisations publiques et privées, tente de dénouer l'écheveau. 

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    présidence américaine, Benjamin Netanyahu, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik