Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Pourquoi les Haïtiens demandent-ils aux États-Unis de cesser leurs ingérences?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    5221
    S'abonner

    En marge des très violentes manifestations en Haïti, des activistes de ce pays ont demandé aux États-Unis de cesser de s’ingérer dans les affaires de Port-au-Prince. Qu’est-ce qui explique une telle requête et comment Haïti peut-il sortir de la crise? Frédéric Thomas, auteur de «L’échec humanitaire: Le cas haïtien», revient sur ce dossier.

    Pour la deuxième fois cette année, de violentes manifestations ont éclaté en Haïti, faisant des morts et des blessés. Lors d’une table ronde qui s’est tenue la semaine dernière à Miami, en Floride, des membres du Congrès américain, dont la troisième personnalité la plus puissante du gouvernement, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ont échangé avec des Haïtiens, qui ont transmis un message très clair aux États-Unis et à ses alliés.

    Ce message comprenait deux points: le Président actuel doit partir et vous devez cesser d’intervenir pour que nous puissions nous gouverner nous-mêmes. Plus précisément, les activistes ont accusé les États-Unis, le Canada et la France de s’être ingérés dans la vie politique haïtienne.

    En revanche, ils veulent aussi que Donald Trump arrête de renvoyer les Haïtiens en Haïti, car il a mis fin à la «protection temporaire» dont ils bénéficiaient, qui leur ouvrait droit à résider aux États-Unis.

    Alors, que sont exactement les problèmes rencontrés par le peuple haïtien et qui en porte précisément la responsabilité? Pour répondre à ces questions, Rachel Marsden reçoit Frédéric Thomas. Il est docteur en sciences politiques, chargé d’études au Centre tricontinental– CETRI, une ONG basée à Louvain-la-Neuve, en Belgique, et auteur de «L’échec humanitaire: Le cas haïtien» (chez Couleurs Livre).

    Tags:
    manifestation, Haïti, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik