Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    L’aventure libyenne de Haftar est-elle terminée?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    1916
    S'abonner

    Après son offensive contre le gouvernement légal de Libye, le maréchal Haftar semble maintenant ouvert au dialogue. Aveu de faiblesse militaire, malgré le soutien supposé de la société militaire privée russe Groupe Wagner? Michel Scarbonchi, ancien député européen, analyse les derniers développements du conflit libyen pour le Désordre mondial.

    Le maréchal Khalifa Haftar a tenté ces derniers mois de chasser de Tripoli les dirigeants soutenus par l’Onu. Pourtant, ses efforts semblent traîner en longueur et ses chances de son succès diminuent en conséquence. On apprend maintenant que l’officier américano-libyen est ouvert au dialogue. Un signe que sa position est affaiblie. Pourquoi Haftar n’a-t-il pas réussi son offensive?

    Par ailleurs, le Times of London a annoncé fin septembre que des «dizaines» mercenaires russes, qui appartiendraient à la société militaire privée russe groupe Wagner, se battant pour le compte des intérêts de Haftar, ont été tués dans une frappe aérienne. En mars dernier, le London Telegraph avait cité une source anonyme du ministère de la Défense britannique qui a déclaré que «le groupe Wagner soutient Khalifa Haftar avec 300 personnes à Benghazi et a fourni à son armée nationale libyenne des pièces d’artillerie, des chars, des drones et des munitions». Toutefois, l’article du Telegraph a aussi évoqué une «société russo-libyenne dans le secteur du pétrole et du gaz», une entreprise commerciale qui a vraisemblablement besoin de personnel pour assurer sa sécurité.

    Alors, quelle est la réalité? Comment la coalition de Haftar est-elle réellement composée? Pourquoi ce conflit s’éternise-t-il? Michel Scarbonchi, ancien député européen, fait le point avec Rachel Marsden sur la poudrière libyenne.

     

    Tags:
    Libye, Khalifa Haftar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik