Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Contagion Gilets jaunes en Amérique latine?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    Crise sociale au Chili (10)
    291
    S'abonner

    Des manifestations qui présentent certains points communs avec celles des Gilets jaunes ont éclaté en Équateur, au Chili et au Honduras. Pour autant, ces mouvements sont-ils comparables? Mathieu Arès, chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation de l’Université de Québec, analyse ces mouvements pour le Désordre mondial.

    Le mouvement Gilets jaunes s’est-il étendu à l’Amérique latine? Des manifestations ont soudainement éclaté en Équateur, au Chili et au Honduras. Et la justification de ces manifs ne semble pas très différente de l’étincelle qui a enflammé le mouvement des Gilets jaunes en France.

    Il semble que les gens en ont assez des politiques fiscales et de la gestion de leurs élites. Ils ont déjà du mal à se débrouiller au quotidien et ne veulent pas avoir à payer davantage à un gouvernement qui ne semble pas très soucieux de l’utilisation de leurs deniers.

    Mais comme d’habitude avec de telles manifestations, on devrait se demander si le phénomène est spontané ou manipulé. Comment a-t-il commencé? Qui ou quoi a allumé le feu? Et comment cela s’est-il répandu? Y a-t-il une main invisible qui tire les ficelles?

    Le point commun entre toutes les manifestations latino-américaines est que le gouvernement en place est soutenu et approuvé par les États-Unis. Mais est-ce une cause des révoltes populaire dans ces pays ou tout simplement une coïncidence? Pour en débattre, Rachel Marsden reçoit Mathieu Arès, professeur à l’école de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke à Montréal et chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation de l’Université de Québec à Montréal.

    Dossier:
    Crise sociale au Chili (10)
    Tags:
    Honduras, Chili, Equateur, Amérique latine, gilets jaunes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik