Manifestants au Liban, sur la ligne de faille «entre le camp pro-iranien et le camp pro-saoudien»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
0 141
S'abonner

Derrière les manifestations contre la vie chère au Liban pointent des enjeux politiques et géopolitiques majeurs pour le pays et la région. Fadi Assaf, ancien conseiller du Président libanais et consultant en relations internationales, livre au Désordre mondial le dessous des cartes de ce jeu mal compris en Occident.

C’est maintenant au tour des Libanais de descendre dans la rue en masse pour manifester. Quel que soit l’endroit où l’on vit sur cette planète, le dénominateur commun semble être que les élites n’ont plus d’argent dans les caisses… et que les classes moyennes et populaires n’en ont plus à donner.

Pourquoi est-ce dorénavant le tour des Libanais? Y a-t-il un dénominateur commun avec les manifestations qu’on voit ailleurs dans le monde? Enfin, ces manifestations sont-elles manipulées ou instrumentalisées d’une manière ou d’une autre?

Sans aller si loin, Fadi Assaf, ancien conseiller du Président libanais et consultant en relations internationales, décrit le rapport de force dont les manifestations représentent un symptôme: 

«Nous sommes sur une ligne de démarcation particulièrement dangereuse entre le camp pro-iranien et le camp pro-saoudien et pro-américain.»

Vus de l’étranger, les événements au Liban sont souvent présentés comme un nouvel avatar des Printemps arabes, notamment par des politiciens et médias occidentaux. Assaf réfute cette vision des choses:

«Nous au Liban, on aimerait oublier cette dénomination de Printemps arabe, parce que là où il y a eu un Printemps arabe, on en voit les conséquences aujourd’hui. Soit c’est une dictature militaire, soit c’est la pagaille.»

Les demandes des manifestants, qui veulent en quelque sorte renverser la table, sont-elles pour autant raisonnables?

«Même si ce n’est pas un système parfait, c’est un système qui est encore défendable aujourd’hui, parce que l’on n’est pas encore prêts à un état laïque dans le sens occidental du terme», souligne l’ancien conseiller du Président libanais. 

Malgré la démission de Saad al-Hariri, Premier ministre libanais, pour calmer le jeu, Assaf estime que son retour prochain est possible et que sa stratégie serait de «reculer pour mieux sauter.»

Lire aussi:

Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Tags:
manifestation, Saad Hariri, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook