Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Rapport sénatorial US sur l’ingérence russe: «vous pourriez lire la même chose dans Libération»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Par
    2113
    S'abonner

    La Russie est à nouveau sur la sellette du Congrès américain pour sa soi-disant ingérence dans les élections de 2016. Pourtant, François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS, estime que le rapport du comité de renseignement sénatorial n’apporte pas de révélations fracassantes. Alors, quelques trolls, des armes de destruction massive?

    Le comité de renseignement sénatorial a récemment publié un rapport accusant à nouveau la Russie d’ingérence dans la dernière campagne présidentielle américaine. Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, a lui aussi été obligé d’aborder le sujet lors de sa récente audition devant le Congrès américain.

    Est-il est également victime de la Russie ou simplement un complice involontaire? De quoi la Main du Kremlin est-elle responsable maintenant dans la vie politique américaine?

    François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), décrypte ce rapport au micro de Rachel Marsden. Il précise notamment que le rapport affirme que

    «ces supposés agents d’influence viseraient l’électorat afro-américain pour réveiller les tensions raciales... et pour créer du désordre dans le pays, Mais c’est à peu près le genre de propos que vous pourriez lire dans Libération.»

    Huyghe replace la pratique du trolling décrit dans ce rapport dans le contexte électoral, pour mieux le relativiser:

    «Cent mille dollars [de campagne de pub sur les réseaux sociaux, ndlr], ça paraît énorme à nos auditeurs, je présume, mais par rapport aux milliards de dollars qu’a dû coûter la campagne de Hillary et Trump avec des spots télévisés, c’est une plaisanterie.»

    L’expert en communication et cyberstratégie qualifie de plus sérieuse une autre opération nullement évoquée dans le rapport et pour cause, elle n’émanait pas des Russes:

    «Cambridge Analytica, c’est en quelque sorte plus raffiné, plus compliqué. C’est en quelque sorte du super –super-super marketing.»
    Tags:
    ingérence russe, Facebook, Mark Zuckerberg, armes de destruction massive, États-Unis, Russie, Congrès américain
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik