Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France, estime que Trump a «suscité l’ingérence étrangère» dans son pays

Le Désordre mondial
URL courte
Par
547
S'abonner

Des ambassadeurs et diplomates américains défilent devant le comité du Congrès responsable de la procédure de destitution de Donald Trump. Ils brossent un tableau d’une diplomatie peu orthodoxe. Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie, réagit au Désordre mondial.

Trump aurait-il tenté de détourner l’appareil d’État chargé d’appliquer la politique étrangère américaine? C’est en tout cas ce qu’affirment un certain nombre d’ambassadeurs, diplomates et membres du Conseil national de sécurité devant le comité du Congrès chargé de la procédure de destitution de l’actuel locataire de la Maison-Blanche.

Ils affirment tous que Trump souhaitait que le Président ukrainien annonce l’ouverture d’une enquête sur son rival politique, le candidat Démocrate à la présidentielle Joe Biden. D’après leur témoignage, en cas de manque de coopération de la part de Kiev, Trump menaçait de bloquer l’aide militaire américaine pour l’Ukraine.

Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France en Russie, répond:

«Ce n’est probablement pas très moral ni très convenable de faire incriminer l’un de ses rivaux politiques par une puissance étrangère. C’est susciter l’ingérence étrangère dans ses affaires intérieures, et vous savez combien nous sommes attachés à cette non-ingérence d’une puissance étrangère dans les affaires intérieures.»

L’ancien ambassadeur explique que la diplomatie de l’ombre pratiquée par Trump n’est pas rare, mais que la différence, dans le cas de Trump, c’est qu’il y a eu des témoins et que s’il faut prêter serment et dire la vérité, ils seront obligés de dire ce qu’ils ont entendu.

«Dans tous les pays du monde, il existe des émissaires secrets, connus ou non connus des circuits officiels, c’est-à-dire des ambassades, et qui tiennent des propos secrets.»

L’un des témoins-clés dans l’enquête en destitution, Gordon Sondland, Ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, est un homme d’affaires propulsé à ce poste après avoir donné un million de dollars à la cérémonie d’investiture du Président américain. Un phénomène inexistant en France, d’après Blanchemaison:

«Aux États-Unis c’est tout à faire légal de donner un million, deux millions, trois millions, dix millions à un candidat. En France, c’est parfaitement illégal.»

Par ailleurs, trois femmes ont accusé Gordon Sondland d’agressions sexuelles, ce dont il se défend: «Ces fausses allégations sur des attouchements et des baisers contraints sont fabriquées et coordonnées pour des motivations politiques».

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
destitution, Claude Blanchemaison, Joe Biden, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook