Combattants syriens envoyés en Libye: «Erdogan a commis une terrible erreur»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
52034
S'abonner

La guerre en Libye se poursuit avec un nouvel acteur: des combattants syriens, envoyés par la Turquie pour aider le gouvernement reconnu par l’Onu à lutter contre les troupes de Khalifa Haftar. L’ancien député Michel Scarbonchi, proche du dossier, décrypte les conséquences de cette nouvelle donne pour le Désordre mondial.

Vous souvenez– vous de l’Armée Syrienne Libre, des djihadistes formés et soutenus par les États-Unis et ses alliés du golfe Persique pour renverser Assad? Maintenant, ils arrivent en Libye, grâce à la Turquie, pour aider le gouvernement légal à combattre les forces du général Khalifa Haftar.

Nous allons donc assister au face-à-face entre Haftar, qui fut soutenu par la CIA, et des djihadistes, qui furent soutenus par la CIA. Michel Scarbonchi, ancien député européen et maintenant à la tête d’un cabinet de consultant à l’international dont l’expertise sur l’Afrique est reconnue, estime que c’est un faux-pas du Président turc Erdogan:

«En faisant ça, Erdogan a commis une erreur terrible. Les Libyens sont nationalistes. Quand vous expliquez aux Libyens de Tripoli et même de Misrata que des Syriens viennent pour les aider ou les renforcer militairement, ils sont contre ça. Et actuellement le problème, c’est que la population de Tripoli n’apprécie pas l’arrivée de ces Syriens.»

Scarbonchi explique l’intérêt de la Turquie de s’impliquer dans le conflit libyen:

«Les Turcs sont en Libye pour deux raisons. La première, c’est parce qu’Erdogan est confronté à des problèmes économiques terribles dans son pays et à une opposition de plus en plus forte. Quand vous avez des problèmes internes, la fuite en avant, c’est la guerre. Et la deuxième raison, c’est que les Frères musulmans de Tripoli et Misrata sont ses grands amis.»

Qu’en est-il des accords de paix –ou au moins de cessez-le-feu– qui semblent pour l’heure hors de portée, malgré tentatives de la part de multiples États de mettre tous les acteurs autour de la table de négociations, comme à Berlin et Moscou? Pour Michel Scarbonchi, il y a encore loin de la coupe aux lèvres:

«Le Maréchal [Haftar], pour signer un véritable accord de paix, demande la dissolution de milices islamistes de Tripoli et le départ des Syriens qui sont arrivés récemment par avion avec l’aide des Turcs.»

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
Libye, Recep Tayyip Erdogan, Khalifa Haftar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook