Crise migratoire: «le Président turc fait du chantage en menaçant l’UE d’un flot de réfugiés»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
860
S'abonner

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, a soutenu la Turquie en Syrie, tandis que le Président turc, Recep Erdogan, lâche une vague de réfugiés sur l’Europe. Ayméri de Montesquiou, ancien sénateur du Gers et ancien vice-président du Groupe sénatorial d’amitié France-Syrie, s’exprime sur cette situation au micro de Rachel Marsden.

Émission enregistrée le 4 mars 2020, avant l’accord de cessez-le-feu russo-turc

La Turquie, membre de l’Otan, défie la Russie sur le dossier syrien. Le Président turc Recep Erdogan a demandé au Président russe Vladimir Poutine de retirer les troupes russes de Syrie pour qu’Ankara puisse affronter Damas directement.

Ayméri de Montesquiou, ancien sénateur du Gers et ancien vice-président du Groupe sénatorial d’amitié France-Syrie, commente le rôle de la Russie dans ce conflit:

«Sans la Russie, la situation du Moyen-Orient serait catastrophique.»

Le maire de Marsan compare les engagements militaires turc et russe:

«Les troupes turques, que font-elles en Syrie? C’est totalement illégal. Les troupes russes ont été demandées par le Président syrien, donc l’argumentation du Président de la Turquie me semble tout à fait incohérente.»

Cependant, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan a exprimé son soutien à la Turquie dans un Tweet: «L’Otan vient de se réunir en solidarité avec notre allié turc, suite à la mort de soldats turcs près d’Idlib. Nous condamnons les frappes aériennes aveugles du régime syrien et de la Russie. Cette situation dangereuse doit être désamorcée et l’accès humanitaire autorisé.»

L’ancien sénateur français réagit:

«Je ne suis pas certain qu’il y ait une indépendance de pensée par rapport aux États-Unis. Pour faire de telles affirmations, je pense que son horloge s’est arrêtée il y a quelques dizaines d’années. La menace soviétique n’existe pas. Il n’y a plus d’Union soviétique.»

Montesquiou rajoute une information étonnante:

«Je voudrais quand même rappeler que des enregistrements entre Daech* et les services secrets turcs montrent quand même une certaine proximité.»

Pendant ce temps, le Président turc a renvoyé des migrants basés en Turquie vers la frontière de l’Union européenne, notamment en Grèce. Montesquiou commente:

«Le rôle de la France ce n’est pas de soutenir un pays qui fait du chantage. Et le Président turc fait du chantage en menaçant l’Union européenne d’un flot de réfugiés.»

L’ancien sénateur rappelle l’accord entre la Turquie et l’Union européenne:

«On ne peut pas jouer avec ces malheureux réfugiés en disant: “Rentrez, rentrez! Vous allez en Union européenne!” Alors que l’on sait que l’Union européenne ne veut pas cet excès de réfugiés, et en plus a payé pour qu’ils ne rentrent pas.»

 

*Daech est une organisation terroriste interdite en Russie 

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
Bachar el-Assad, Syrie, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, djihadisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook