Fourniture d’armes en Libye: «On ne peut pas complètement passer sous silence la question du mercenariat aujourd’hui»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
4161
S'abonner

Un rapport remis au Conseil de sécurité de l’Onu cible le rôle de mercenaires occidentaux en Libye. Il cite notamment le fondateur de Blackwater, Erik Prince. L’affaire passera-t-elle à la trappe? Décryptage d’Alexandre Vautravers, chercheur et journaliste militaire, pour le Désordre mondial.

Le rapport des enquêteurs des Nations unies visant des mercenaires occidentaux en Libye pourra-t-il donner lieu à des sanctions? Ou l’affaire fera-t-elle long feu?

Discussion avec Alexandre Vautravers, chercheur associé au Geneva Centre for Security Policy (GCSP) et rédacteur en chef de la Revue militaire suisse (RMS), au micro de Rachel Marsden. 

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
Erik Prince, Blackwater, Khalifa Haftar, Libye, mercenaires, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook