Le Canada donne aujourd’hui des leçons à la Chine, «mais quand Mao était Président, le pays n’a rien dit ou rien fait»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
44610
S'abonner

Justin Trudeau est monté au créneau avec ses alliés du G7 pour dénoncer la Chine. Le Canada est-il le mieux placé pour donner des leçons en matière de droits de l’homme? Analyse de Glenn Babb, ancien diplomate, pour Le Désordre mondial.

Aujourd’hui, la Chine est accusée par le Canada et ses alliés du G7 de forcer l’assimilation des Ouïghours à la culture majoritaire.

Dans le même temps, la découverte d’un charnier contenant les restes d’élèves d’un pensionnat d’autochtones rappelle au pays une face sombre de son histoire. Glenn Babb, ancien diplomate sud-africain qui a été notamment ambassadeur au Canada, déplore l’hypocrisie qui règne au sein du gouvernement canadien:

«L’hypocrisie du Canada de donner des leçons au reste du monde est terrible. Quand Mao était Président de la Chine et que des millions de personnes ont été tuées, le Canada n’a jamais rien dit ou rien fait. Il n’y avait pas eu de résolutions de l’Onu. Rien ne démontre que le Canada, qui avait à cette époque-là des liens avec la Chine, avait protesté contre l’attitude ou la politique de la Chine.»

Lire aussi:

Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
Canada, Chine, élèves, charnier, autochtones
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook