Ecoutez Radio Sputnik
    Les chroniques de Sapir

    Campagne présidentielle américaine: un système politique à la dérive. Partie2

    Les chroniques de Sapir
    URL courte
    Jacques Sapir
    380

    Le vote républicain est aujourd'hui largement majoritaire au sein de la classe laborieuse blanche du pays. C'est le résultat d'un processus de recentrage de la base du Parti démocrate autour des jeunes urbains, des femmes et des minorités qui s'est déroulé sur plus de vingt ans.

    Le vote républicain est aujourd'hui largement majoritaire au sein de la classe laborieuse blanche du pays. C'est le résultat d'un processus de recentrage de la base du Parti démocrate autour des jeunes urbains, des femmes et des minorités qui s'est déroulé sur plus de vingt ans. Cette année, la candidate démocrate Hillary Clinton semble avoir compris que cette situation est dangereuse pour la démocratie américaine. Mais ses promesses sont-elles crédibles? Avec Frédéric Lefebvre (député et candidat aux primaires de la droite et du centre), Olivier Piton, Diana Johnstone, François Bonnet et Craig Holman. En vous souhaitant une bonne écoute sur Sputnik France.

    Jacques Sapir: "La moitié la moins payée de la population active américaine a en réalité souffert de l'ouverture de l'économie américaine à la mondialisation"

    Olivier Piton: "Donald Trump est le symptôme du post-conservatisme."

    Frédéric Lefebvre: "Si l'on pense que les phénomènes d'aujourd'hui sont simplement un nouvel élément de l'histoire et de la tradition politique américaine, on passe à côté de quelque chose d'extrêmement profond, d'une révolution américaine".

    Lire aussi:

    Élections de mi-mandat aux USA: «on se dirige vers une double radicalisation»
    Pour le parti Démocrate US, «l’ennemi continue à être la Russie»
    Hillary Clinton sera-t-elle l’adversaire idéale de Donald Trump pour 2020?
    Tags:
    campagne présidentielle, élection présidentielle, Donald Trump, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik