Le programme économique de Jean-Luc Mélenchon

Russeurope Express
URL courte
Par
10193
S'abonner

Jean-Luc Mélenchon ne peut éviter la comparaison avec Syriza d’Alexis Tsipras qui, lui aussi, défendait un programme fort bien construit en décembre 2014 et janvier 2015. Jacques Sapir fait le point avec Paul-Henri Pillet, dirigeant des jeunes du MRC et Jean-Baptiste Boone, chargé d’études à l’IREF.

Le programme de la « France insoumise » se caractérise à la fois par l'articulation entre un « plan A » et un « plan B » au sujet d'une éventuelle sortie de l'Union européenne et de l'euro, mais aussi par la dimension écologique de ses propositions. Bien des dirigeants du Parti de Gauche ne croient pas à ce plan A, pourquoi ainsi maintenir une telle dichotomie?

Paul-Henri Pillet estime que « dire qu'il y a un plan A, c'est dire qu'il y a une négociation qui est possible avec les autres pays européens. On a vu le cas de l'Irlande qu'on avait fait revoter, on a vu le cas de la France qui avait voté non en 2005 à qui on a imposé par voie parlementaire le Traité de Lisbonne. On voit la Grèce qui subit les foudres économiques de l'Europe et de ses créanciers. Dire qu'il y a un plan A aujourd'hui ça me parait un peu absurde, c'est aussi envisager qu'on peut maintenir l'euro en l'état. »

Jean-Baptiste Boone considère que « c'est un peu l'illusion de tous les politiques français qui pensent qu'une fois élus, ils pourront aller à Bruxelles renégocier une quantité de politiques. À droite, c'est une illusion qui est partagée également. François Hollande affirmait monter à la tribune européenne pour renégocier de nombreuses politiques. Il n'en a rien été. »

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaine YouTube

 

Lire aussi:

Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Tags:
Jean-Luc Mélenchon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik