Ecoutez Radio Sputnik
    Les chroniques de Sapir

    «La population d’origine étrangère […] entre 18 et 21% de la population française»

    Les chroniques de Sapir
    URL courte
    Jacques Sapir
    0 639133

    La question si controversée de l’immigration a occupé une place importante dans la campagne électorale qui s’achève ce samedi 22 avril. Jacques Sapir recevait sur le sujet Jean-Paul Gourévitch, consultant et spécialiste des migrations et Dany Cohen, professeur de droit à Sciences Po.

    L'immigration est souvent sujette à des généralisations sémantiques abusives, notamment sur la réalité des flux migratoires en France mais aussi sur la confusion entre migrants et réfugiés. Se pose aussi le coût de cette immigration. Est-il réellement possible de l'établir?

    Jean-Paul Gourévitch, auteur récent du livre « Les véritables enjeux des migrations » aux Éditions du Rocher, explique que « le nombre d'immigrés est d'environ sept millions selon la plupart des estimations […] et il y aurait environ sept millions de descendants immédiats d'immigrés […] Aujourd'hui, la population d'origine étrangère, immigrée et descendant d'immigrés, représente entre 18 et 21% de la population française. » Il poursuit en déclarant que parmi cette immigration, « la plus grande proportion et celle qui est le plus en progression vient de l'Afrique subsaharienne, il en vient aussi du Maghreb, il en vient aussi des pays de l'Est… »

    Dany Cohen explique que petit à petit, l'État français « a durci la législation mais ce qui s'est durci, c'est surtout la pratique administrative, c'est-à-dire que M. Giscard d'Estaing avait déjà ouvert […] des possibilités de regroupement familial mais la pratique administrative est devenue de plus en plus dure […] Les restrictions ont eu aussi un peu un effet inattendu de figer une population qui est devenue moins mobile que par le passé. »

    Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre page Facebook

    Tags:
    flux migratoire, immigration, population, Jean-Paul Gourévitch, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik