Ecoutez Radio Sputnik
    Les chroniques de Sapir

    La Coupe du Monde de foot: à quoi sert-elle?

    Les chroniques de Sapir
    URL courte
    Jacques Sapir
    142

    Entre investissements et géopolitique, comment la Russie s’est-elle préparée à la Coupe du Monde de football? Entretien de Jacques Sapir avec Jean-Baptiste Guégan, spécialiste de la géopolitique du sport, et Denys Pluvinage, conseiller en gestion en milieu franco-russe et membre de l’association Le Dialogue franco-russe.

    Le vendredi 1er décembre au Kremlin avait lieu le tirage au sort de la Coupe du Monde de football qui se déroulera en Russie durant l'été 2018. L'organisation de la compétition sportive la plus suivie de la planète a nécessité durant plusieurs années de nombreux investissements. Le développement et la modernisation du réseau de transport est notamment l'un des domaines où ces investissements ont été les plus importants. Par ailleurs, un tel événement sportif va logiquement susciter son lot de critiques.

    Denys Pluvinage, conseiller en gestion en milieu franco-russe et membre de l'association Le Dialogue franco-russe, souligne le développement des infrastructures à commencer par la construction de d'installations sportives: « il y aura douze stades utilisés pour la Coupe du Monde, dans onze villes différentes. À Moscou, deux stades sont concernés. Sur ces douze stades, la moitié sont neufs, construits spécialement pour la Coupe du Monde ». Mais également « beaucoup d'investissements dans les hôtels […] et les infrastructures notamment dans le domaine ferroviaire ». Un des objectifs est également « d'utiliser cette Coupe du Monde pour améliorer l'image de la Russie qui, il faut bien le dire, en a besoin ».

    Accueillir la Coupe du Monde permet de mener une « politique d'aménagement des territoires » selon Jean-Baptiste Guégan, auteur de l'ouvrage Géopolitique du Sport, une autre explication du monde chez Bréal. Une politique qui se vérifie d'autant plus « pour ceux qui font partie des BRICS, on l'a vu avec le Brésil, on l'a vu avec l'Afrique du Sud, il y a une vraie volonté de réinvestir dans les infrastructures et les aménagements. Ça commence par les stades, c'est l'offre de transport, l'offre de logement ». Tout en évitant « les éléphants blancs », infrastructures sportives laissées à l'abandon après la compétition. Pour ce qui est du problème des hooligans, entrevu lors de l'Euro 2016, Jean-Baptiste Guégan considère que ce facteur est « de mieux en mieux pris en charge en Europe. En Russie, il y a eu un énorme effort qui été fait, on l'a vu par exemple lors de la Coupe des Confédérations ».

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Lire aussi:

    Coupe du Monde de football 2018: Visa veut apporter sa contribution
    La Syrie gagne face au Qatar!
    Coupe des Confédérations: test réussi pour la Russie en vue de 2018
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik