Drame du pont de Gênes: privatisation malheureuse? - Podcast

Russeurope Express
URL courte
Par ,
8121
S'abonner

Au-delà des récupérations politiciennes, quelles causes profondes, structurelles, peut-on déceler dans la catastrophe du pont Morandi en Italie? Que nous dit cet accident sur la privatisation des services publics? Peut-on établir des parallèles avec la France?

Le 14 août dernier à Gênes, dans le nord de l'Italie, le viaduc du Polcevera, plus connu sous le nom de «pont Morandi», voyait deux de ses travées s'effondrer soudainement, au prix de 43 morts et 16 blessés. Le gouvernement de coalition populiste Ligue-M5S ne tardait pas à s'en prendre à Bruxelles, l'accusant d'être responsable du drame par les politiques d'austérité, tandis que la Commission européenne renvoyait la balle à Rome. Peut-on vraiment dire que l'UE serait directement responsable de la vétusté d'un pont? Mais surtout, en prenant un peu de recul par rapport aux discours politiques opportunistes, peut-on identifier des raisons structurelles de long terme aux sources de cette tragédie: manque d'investissement? Mauvaise gestion des privatisations? Appât du gain trop fort de la part des concessionnaires? Et pour finir, dans quelle mesure la situation française se compare-t-elle avec le voisin transalpin?

Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent Giulia Vignolo, juriste et ancienne coordinatrice européenne de la coalition de gauche Liberi e Uguali (Libres et égaux), Marco Biagetti, économiste et haut fonctionnaire italien, ancien membre de l'Agence pour la cohésion territoriale, et Daniel Quéro, président de l'association 40 millions d'automobilistes.

Abonnez-vous au podcast pour ne jamais manquer un épisode:

Lire aussi:

«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
«La reprise du combat»: des manifestants contre la loi Sécurité globale se réunissent de nouveau à Paris - vidéo
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
Tags:
pont, privatisation, Gênes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook