Femmes dans la politique

Trois blondes candidates déclarées à la présidentielle russe de 2018

CC0
Actualités
URL courte
Présidentielle 2018 en Russie (110)
19732

Aucune femme n’a jamais occupé le poste de chef d’État en Russie (en dehors de l’époque tsariste). Peu nombreuses sont celles qui ont tenté de concourir aux élections présidentielles. En 2018, les citoyens russes auraient l’embarras du choix: trois femmes candidates, toutes blondes!

La Russie, patrie de la première ambassadrice Alexandra Kollontaï et de la première femme astronaute Valentina Terechkova, n'a jamais été dirigée par une femme. Pourtant, le rôle des femmes dans la politique russe devient de plus en plus visible. Leur participation dans le Conseil de la Fédération est passée de 1,1% en 1995 à 16,6% en 2016. Le seul poste de pouvoir, pas encore conquis par les femmes russes est donc le poste de chef de l'État. Qui sont ces belles et courageuses femmes qui pourraient devenir la première Présidente de la Russie?

Ekaterina Gordon

Ekaterina Gordon
© Sputnik . Vitaliy Beloussov
Ekaterina Gordon

Katya Gordon, blonde, âgée de 37 ans, mère de deux fils, est journaliste. Elle défend les droits des femmes et de la famille. Lors de la présentation de sa candidature fin octobre, Mme Gordon a déclaré qu'elle mettrait les droits des femmes et des enfants au centre de son programme électoral. Son site web est gordonzabab.ru («za bab» signifie «pour les femmes» en argot russe). Mme Gordon est aussi une chanteuse douée. En 2016, elle a concouru à la version russe de «The Voice».

Ksénia Sobtchak

Ksénia Sobtchak
© Sputnik . Alexey Filippov
Ksénia Sobtchak

La deuxième blonde. Née le 5 novembre 1981 à Leningrad (actuel Saint-Pétersbourg), fille de l'ancien maire de la deuxième ville de Russie Anatoli Sobtchak et filleule de Vladimir Poutine. Ksénia Sobtchak se déclare être une candidate «contre tous». Journaliste et femme du monde, elle est aussi connue pour sa position politique libérale et indépendante. Ce qui peut nuire à ses chances de l'emporter, c'est sa réputation de «fille gâtée», de «Paris Hilton russe». Elle a commencé sa carrière à la télévision comme présentatrice de la controversée téléréalité «Dom 2» («Maison 2»). Après l'annonce de sa candidature, Sobtchak a affirmé que la Crimée faisait partie de l'Ukraine du point de vue juridique, ce qui a fait chuter sa côte de popularité.

Elena Semerikova

Elena Semerikova
© Sputnik . Vladimir Fedorenko
Elena Semerikova

La troisième blonde dans cette course présidentielle serait Elena Semerikova, dirigeante du parti «Le dialogue féminin», partenaire de «Russie unie», qui a fait part de son intention de se présenter fin octobre. La décision portant sur sa désignation comme candidate doit être prise par son parti avant la fin de l'année. Mme Semerikova a déclaré qu'elle soutenait «complétement la politique de Vladimir Poutine».

Il faut souligner que toutes ces candidates doivent recueillir des signatures de citoyens russes soutenant leur candidature et être enregistrées par la commission électorale pour pouvoir participer aux élections.

Comment ça se passe ailleurs?

Selon, l'Onu Femmes, une branche des Nations unies consacrée aux droits des femmes, la participation des femmes en politique dans le monde augmente, mais reste assez faible. En juin 2017, seuls 23,3% des parlementaires nationaux étaient des femmes, une lente augmentation par rapport aux 11,3% de 1995. Aujourd'hui, des femmes occupent le poste de chef d'État dans 11 pays, dans encore 12 autres pays elles détiennent le poste de Premier ministre.

  • Angela Merkel, Chancelière allemande
    Angela Merkel, Chancelière allemande
    © AFP 2018 TOBIAS SCHWARZ
  • Dalia Grybauskaitė, Présidente lituanienne
    Dalia Grybauskaitė, Présidente lituanienne
    Service de presse du président lituanien
  • Marie-Louise Coleiro Preca, Présidente de Malte
    Marie-Louise Coleiro Preca, Présidente de Malte
    © AFP 2018 MATTHEW MIRABELLI
  • Erna Solberg, Première ministre de Norvège
    Erna Solberg, Première ministre de Norvège
    © AFP 2018 KENA BETANCUR
  • Présidente de la République de Croatie Kolinda Grabar-Kitarović
    Présidente de la République de Croatie Kolinda Grabar-Kitarović
    © AFP 2018 JEWEL SAMAD
  • Ellen Johnson-Sirleaf, Présidente de la République du Libéria
    Ellen Johnson-Sirleaf, Présidente de la République du Libéria
    © AFP 2018 TONY KARUMBA
  • Michelle Bachelet, Présidente de la République du Chili
    Michelle Bachelet, Présidente de la République du Chili
    © Sputnik . Aleksey Nikolskyi
1 / 7
© AFP 2018 TOBIAS SCHWARZ
Angela Merkel, Chancelière allemande

En ce qui concerne la participation parlementaire des femmes, leur taux dans les organes législatifs est le plus élevé au Rwanda (61,3% des sièges dans la chambre basse) et en Bolivie (53,1%).

Ces derniers temps, des femmes comme Hillary Clinton et Marine Le Pen ont brigué le mandat présidentiel, mais elles ont échoué. Emmanuel Macron, qui l'a emporté face à Mme Le Pen, s'est engagé à «donner aux femmes toute leur place».

Aujourd'hui, la loi française impose aux partis politiques un quota de femmes de 50% pour les postes éligibles. Le parlement français est composé d'environ 27% de femmes, selon le site Quota Project.

Dossier:
Présidentielle 2018 en Russie (110)

Lire aussi:

La femme syrienne ou comment la guerre a redistribué les rôles au sein de la société
Programme électoral? La candidate à la présidentielle russe n'en a pas besoin
Pourquoi les Français sont-ils appelés à financer le «journalisme libre» en Syrie?
Tags:
femme, Présidentielle russe 2008, Ksénia Sobtchak, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik