Valentina Matvienko, Présidente du Conseil de la Fédération russe

Sénatrice russe: l’Occident a exercé des pressions sur la Russie avant la présidentielle

© Sputnik . Alexey Droujinine
Actualités
URL courte
Affaire Skripal (109)
14722

Montée de toutes pièces, l’affaire Skripal s’inscrit dans le contexte des pressions sans précédent que l’Occident a exercées sur la Russie avant les élections du 18 mars 2018, a annoncé la Présidente du Conseil de la Fédération russe Valentina Matvienko.

L'Occident a exercé des pressions sans précédent sur la Russie avant l'élection présidentielle qui s'est déroulée aujourd'hui, a déclaré la Présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement) Valentina Matvienko à la chaîne russe de télévision Pierviy Kanal.

Retrouvez plus d'articles sur l'élection présidentielle russe dans notre dossier spécial

«Des pressions politiques et économiques sans précédent ont été exercées. Apparemment, on ne s'attendait pas à ce que les candidats bénéficient d'un tel soutien aux élections qui allaient se tenir», a-t-elle indiqué.

Les accusations d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia ont été portées contre Moscou une semaine avant la tenue du scrutin, a indiqué Mme Matvienko.

«Mais ce n'est pas possible de manipuler les Russes, qui ont resserré leurs rangs et se sont unis contre ces pressions», a-t-elle souligné.

Selon la sénatrice, toutes ces actions visent à contenir l'influence politique et économique de la Russie dans le monde.

L'élection présidentielle russe a eu lieu le 18 mars dans les 85 entités fédérales du pays, dans plus de 97.300 bureaux de vote en Russie et dans 401 bureaux de vote à l'étranger.

Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille Ioulia, ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Selon les enquêteurs britanniques, ils ont été empoisonnés par l'agent neurotoxique A-234.

Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'être impliquée dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations.

Dossier:
Affaire Skripal (109)

Lire aussi:

Les médias révèlent de nouveaux détails sur l’empoisonnement de Skripal
Moscou se voit refuser l’accès à Skripal
Affaire Skripal: la Russie ouvre sa propre enquête
Tags:
empoisonnement, pressions, enquête, élection présidentielle, Conseil de la Fédération, Sergueï Skripal, Theresa May, Valentina Matvienko, Salisbury, Occident, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik