Grigori Iavlinski

Grigori Iavlinski

© Sputnik . Evgeniy Biyatov
Élection présidentielle russe de 2018
URL courte
Présidentielle 2018 en Russie (110)
225
S'abonner

Bio des candidats, leurs positions sur la politique intérieure et extérieure. Faites connaissance avec Grigori Iavlinski, un des huit candidats à la présidentielle russe de 2018.

Biographie: Diplômé de l'Institut Plekhanov de Moscou [Université d'économie russe. — NDT], Grigori Iavlinski a fait ses premiers pas en politique en 1990, le Soviet suprême de la de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) ayant approuvé sa candidature au poste de vice-président du Conseil des ministres et président de la Commission d'État pour la réforme économique. Iavlinski participera pour la quatrième fois à la présidentielle en Russie, en représentant le parti Iabloko.

Politique intérieure: Le programme de Grigori Iavlinski est axé sur la lutte contre le «stalinisme dissimulé» et le «capitalisme sauvage frôlant le féodalisme». Selon Iavlinski, pour que la Russie soit classée parmi les économies européennes les plus fortes, il faut assurer le respect de la propriété privée par l'État, limiter la concentration de la propriété entre les mêmes mains, concerter tous les changements économiques substantiels avec les milieux d'affaires. Iavlinski propose, en outre d'élaborer un programme national en vue d'éliminer la pauvreté en ouvrant des comptes épargne personnels sur lesquels sera versée une partie des dividendes des actions des grandes entreprises.

Politique extérieure: Grigori Iavlinski donne la priorité dans la politique extérieure aux liens d'amitié avec les républiques de l'ex-URSS. Selon lui, il est nécessaire de se rapprocher des pays occidentaux. Cela signifie que la Russie doit faire graduellement correspondre sa législation, sa politique militaire, extérieure et économique aux critères européens.

Dossier:
Présidentielle 2018 en Russie (110)
Tags:
Présidentielle russe 2018, Grigori Iavlinski, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik