Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    L'intelligentsia russe divisée sur l'affaire Ioukos

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 28 juin - RIA Novosti. L'intelligentsia russe est divisée sur l'affaire Ioukos. Les uns estiment qu'elle a des dessous politiques, d'autres pensent que finalement la loi a pris le dessus sur le capital.

    "L'argent du gros business ne doit pas influer sur la politique et être au-dessus de la loi. Il faut respecter la société et ne pas croire que la puissance financière confère un pouvoir absolu". C'est là un extrait d'une lettre publiée mardi dans le quotidien Izvestia et signée par une bonne cinquantaine d'intellectuels de renom.

    On trouve parmi ces personnalités Anton Antonov-Ovseenko et Roï Medvedev, la ballerine Anastassia Volotchkova, le réalisateur Stanislav Govoroukhine, le cosmonaute Gueorgui Gretchko, les comédiens Vladimir Zeldine et Alexandre Kaliaguine, la gymnaste Alina Kabaeva, la patineuse artistique Irina Rodnina, la chanteuse Nadiejda Kadycheva.

    "L"Etat doit être géré par la loi, unique pour tous", tel est le sens principal de l'intervention publiée dans le quotidien de la place Pouchkine.

    Ses signataires ne cachent pas qu'ils ont été incités à faire connaître leur opinion suite à la vague de publications parue dans les grands moyens d'information, visant à défendre les anciens patrons de Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev et à leur attribuer le statut de "prisonniers de conscience".

    "Certaines forces attisent sciemment la tension, tentent de hisser l'affaire au rang d'affaire politique. C'est à la justice de décider de la culpabilité ou de la non-culpabilité", estiment ces personnalités de la culture et du sport.

    Elles estiment que la campagne médiatique de soutien à Mikhaïl Khodorkovski et à Platon Lebedev sape le respect de la loi, aussi imparfaite soit-elle, et est préjudiciable aux normes de la morale.

    "On ne saurait au nom du succès commercial faire fi des valeurs humaines et détruire les principes démocratiques", disent les auteurs de la lettre.

    La polémique de l'intelligentsia autour de l"'affaire Ioukos" ne date pas d'hier, elle l'a divisée en deux camps: ceux qui sympathisent avec les condamnés et ceux qui ont soif de vengeance sur les oligarques.

    Dans le même quotidien, un débat a été mené par le journaliste de télévision Alexandre Gordon et l'homme de lettres Dmitri Lipskerov, indignés par la couverture tendancieuse de l'"affaire Ioukos" par la station de radio Ekho Moskvy (Echo de Moscou) et son rédacteur en chef, Alexeï Venediktov.

    Les premiers ont prétendu que la "propagande libérale" dans le pays devenait plus importune et totalitaire que la propagande soviétique. Le second a affirmé que sa radio permettait à des gens de toute opinion de faire connaître leur point de vue sur ce procès.

    Lire aussi:

    Le tribunal de Bruxelles lève le gel des actifs russes en Belgique, dont ceux de Sputnik
    Affaire Ioukos: les ex-actionnaires retirent la plainte contre la Russie en Belgique
    Ioukos: les ex-actionnaires renoncent aux actifs russes, la justice russe confirme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik