Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Ces dernières années la Russie n'a rien proposé de nouveau au monde (un académicien)

    Russie
    URL courte
    0 10
    MOSCOU, 7 juillet - RIA Novosti. Depuis quinze ans la Russie, au potentiel spirituel pourtant si riche, n'a pas été en mesure de proposer quelque chose de nouveau au monde, a déclaré l'académicien Abdousalam Gousseïnov dans une interview accordée à la revue Polititcheski klass.

    Tous les grands changements historiques en Russie s'accompagnaient de percées intellectuelles et spirituelles. Maintenant, alors que des mutations fondamentales se sont produites dans l'organisation de la vie et dans la situation du pays dans le monde, cela n'a provoqué aucune réaction dans les strates supérieures de la conscience.

    Pendant trois cents ans la Russie s'était efforcée à occuper dans l'histoire une place conforme à ses dimensions et ambitions. Les années les plus fructueuses ont été celles de la période soviétique, quand pour la première fois le territoire du pays s'était hissé à la troisième place pour la population, à la seconde pour la puissance économique et à la première dans de nombreux secteurs de la science. Il fallait alors que l'Occident amenuise les dimensions et les ambitions de la Russie.

    La culmination de ce drame a été la guerre froide, dans laquelle la Russie a dû faire face à l'Occident coalisé. Cette guerre nécessitait plus de systématisation et de calculs que la Russie était capable de fournir. Et elle l'a perdue. Tout ce qui s'est passé dans le pays depuis quinze ans est en quelque sorte la matérialisation de cette défaite. D'où la déchéance intellectuelle et spirituelle dans l'armée et la société.

    Depuis quinze ans on a surtout cherché à convaincre que l'économie était non seulement l'assise de la société, mais encore son but.

    Le sens de l'Etat, de la science, de la littérature, des grands moyens d'information, etc. était présenté uniquement comme les moteurs de l'activité de marché. Seulement dans la société il y a beaucoup de choses pour lesquelles les mécanismes de marché sont funestes. Ainsi l'activité intellectuelle et les relations interpersonnelles.

    Si la société soviétique peut être qualifiée, avec certaines réserves, de totalitaire du moment qu'elle subordonnait tout à l'idée du communisme, la société russe actuelle est totalitaire sans réserve aucune parce qu'elle réduit tout à l'argent, constate l'académicien.

    Lire aussi:

    De nouveau une superpuissance? La Russie remporterait la guerre de l'information
    La multipolarité, c’est aussi en économie!
    Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik