Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Vladimir Poutine s'oppose au financement de la politique russe depuis l'étranger

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 21 juillet (RIA-Novosti). La Russie empêchera le financement depuis l'étranger des organisations non-gouvernementales, a déclaré mercredi le président russe, Vladimir Poutine, au cours de sa rencontre avec les membres du Conseil pour la promotion des institutions de la société civile et pour les droits de l'homme.

    Des politologues russes de renom ont commenté cette déclaration du président dans les pages des quotidiens généralistes Novye izvestia et Vremia novosteï.

    Dimitri Orechkine, directeur du groupe d'analyse Mercator :

    La Russie n'a pas à établir l'origine du financement des organisations non-gouvernementales. Si elles sont d'obédience terroriste, c'est une chose, mais s'il s'agit d'organisations de bienfaisance, religieuses ou scientifiques, alors c'est leur affaire à eux. C'est comme ça dans le monde entier. La tendance est claire : le pouvoir craint de plus en plus l'étranger.

    Lev Ponomariov, directeur exécutif du mouvement Pour les droits de l'homme :

    Si Vladimir Poutine a en vue le financement de l'étranger des partis politiques, il a tout à fait raison. Mais s'il parle de l'activité des organisations non-gouvernementales, qui revêt souvent un caractère politique, alors, une telle position menace de détruire la société civile en Russie au lieu de la renforcer. Les organisations russes de défense des droits de l'homme sont à 90% ou à 95% financées depuis l'étranger, et dans les nouvelles conditions, elles seront obligées de se dissoudre.

    Valentina Melnikova, secrétaire responsable de l'Union des comités de mères de soldats (UCMS) :

    Bien que l'UCMS ne soit pas une organisation politique, mais une association d'organisations non-gouvernementales, on nous reproche depuis longtemps d'être financés depuis l'étranger. Si un jour, le financement de l'étranger est coupé, ce sera une catastrophe, car en Russie, les entrepreneurs ne donnent pas d'argent aux projets non commerciaux, surtout après l'histoire de l'ancien patron de Ioukos, Mikhaïl Khodorkovski.

    Alexandre Aouzan, président de l'Institut Contrat social :

    Le président a proclamé ce qui est consacré dans la Constitution russe, et n'avait aucunement en vue de prohiber le financement des activités non commerciales.

    Lire aussi:

    La liberté bafouée des médias russes à l’étranger suivie d’une réponse «rigoureuse»
    «Agents étrangers»: Washington suit de près la réaction russe
    Londres dévoile des sources de financement des organisations islamistes au Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik