Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La Russie ne peut pas coopérer dans le domaine nucléaire avec les non-membres de l'AIEA

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    PEKIN, 1er août - RIA Novosti. La Russie ne peut pas coopérer dans le domaine nucléaire avec les Etats qui ne sont pas membres de l'Agence internationale de l'énergie atomique, a déclaré lundi à Pékin le chef adjoint de la délégation russe aux pourparlers à six sur le problème nucléaire dans la péninsule de Corée, Valeri Ermolov.

    "Le droit international et la législation russe n'autorisent pas la coopération même dans le domaine du nucléaire civil avec un Etat qui n'est pas membre de l'Agence internationale de l'énergie atomique et qui n'a pas signé avec elle un accord sur les garanties", a-t-il déclaré à la presse.

    Le ministre des Affaires étrangères de la RDPC, Paek Nam Sun, qui participait à la réunion du forum régional de l'ASEAN au Laos, a déclaré le 29 juillet que si le problème nucléaire recevait une résolution satisfaisante la RDPC reviendrait au Traité de non-prolifération et accepterait les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

    La RDPC avait annoncé en 1993 son retrait du Traité de non-prolifération nucléaire et refusé d'accueillir des inspections de l'AIEA.

    Lundi, à Pékin, a repris le quatrième round des négociations à six sur le problème nucléaire dans la péninsule de Corée. Les parties travaillent sur le contenu du document final dont le projet a été présenté samedi par la Chine. Un des aspects qui engendre des contradictions entre les Etats-Unis et la RDPC est la possibilité de l'utilisation par la Corée du Nord de l'énergie atomique à des fins pacifiques. Le chef de la délégation américaine, Christopher Hill, a déclaré samedi que les Etats-Unis ne contesteraient pas le droit de la Corée du Nord de réaliser des programmes nucléaires pacifiques mais qu'ils contesteraient la manière dont ce droit était exercé.

    Si les parties parviennent à un accord, la RDPC abandonnera ses programmes nucléaires et les autres cinq négociateurs (Etats-Unis, Chine, Russie, Japon et Corée du Sud) lui fourniront des garanties de sécurité et une aide économique et normaliseront les relations. La plus grande divergence entre les positions des Etats-Unis et de la RDPC se ramène au problème de la simultanéité des mesures à mettre en œuvre. Washington se déclare prêt à fournir ses garanties de sécurité et son assistance économique une fois que la Cotée du Nord aura démonté son programme nucléaire.

    La Russie, tout comme les autres participants aux négociations à six, est prête à participer aux programmes compensateurs au profit de la Corée du Nord, a déclaré lundi Valeri Ermolov. Dans le cadre du paquet de mesures communes d'assistance à la RDPC la Russie pourrait lui livrer de l'énergie électrique et du gaz d'Extrême-Orient et prendre part à la modernisation des deux centrales thermiques construites en Corée du Nord avec le concours de l'URSS, a-t-il ajouté.

    Lire aussi:

    Contacts Kim-Trump prévus: une chance de percée ou la reprise d’une longue routine?
    Au seuil de la guerre nucléaire: la psychologie des aspirations de Pyongyang
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik