Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Siemens obtient la minorité de blocage de Power Machines

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 31 janvier - RIA Novosti. Les efforts produits depuis des années par Siemens pour s'offrir une part sensible de Power Machines ont enfin porté des fruits. Hier le groupe allemand et Interros ont annoncé la clôture de l'affaire qui a permis à Siemens d'acquérir la minorité de blocage, selon le quotidien Vedomosti.

    Il y a dix-huit mois, Siemens avait obtenu l'accord d'Interros pour lui acheter 73,46% des actions du plus grand producteur russe d'équipements pour centrales électriques et de matériels de transport ferroviaire. Mais le Service anti-monopole avait interdit ce marché. Pour ce qui est du projet des Allemands de s'offrir la minorité de blocage, le même organisme s'est montré bienveillant et n'a mis qu'une semaine pour avaliser cette affaire en décembre dernier.

    Le groupe allemand a payé 93 millions de dollars pour 20,61% des actions de Power Machines. Cette affaire a été en fait copiée sur celle de la vente à RAO EES de 22,43% du capital de la même entreprise pour 101,4 millions de dollars. Maintenant, RAO ESS et Siemens en possèdent actuellement chacune 25% plus une action.

    Depuis le début de l'année le coût de Power Machines s'est accru de 44% pour atteindre hier 810 millions de dollars.

    Le représentant de Siemens a déclaré que la possibilité d'une nouvelle augmentation de sa part de Power Machines ne serait pas étudiée avant l'adoption par la Russie d'une loi sur la participation d'investisseurs étrangers dans ses entreprises stratégiques.

    Selon le directeur adjoint d'Interros, Serguéi Batekhnine, les partenaires se proposent de faire de l'action de Power Machines un "blue chip". L'entreprise compte augmenter son cahier de commandes grâce à RAO EES et améliorer la qualité de la production avec l'aide de Siemens. "Nous espérons que Siemens pourra nous accorder les licences pour toute sa gamme de turbines à gaz", a dit Serguéi Bateckhnine.

    Un analyste de la compagnie d'investissement Antanta Kapital, Ilia Makarov, souligne qu'en fait le contrôle de l'entreprise sera exercé par l'Etat par l'intermédiaire de RAO EES. "Interros qui a donné sa part (30,4%) en gestion à RAO jusqu'en 2008 ne cherchera pas à exercer une influence sensible sur le développement de l'entreprise. Pour l'Etat, la gestion de cet actif permet de prendre le contrôle des fonds budgétaires importants que Power Machines doit se faire allouer d'après les plans de construction de nouveaux réseaux et centrales et pour augmenter les livraisons d'énergie électrique à la Chine", estime l'expert.

    Lire aussi:

    Turbines Siemens en Crimée: une commission allemande avance une «solution légale»
    Moscou imposerait des restrictions à Siemens en réponse aux nouvelles sanctions de l’UE
    Moscou: les sanctions de l’UE sont «sans fondement», des contre-mesures sont possibles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik