Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Le comportement des leaders géorgiens relève du théâtre de l'absurde politique (parlementaire russe)

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 31 janvier - RIA Novosti. Le comportement des dirigeants de Tbilissi relève du théâtre de l'absurde politique, estime le président du comité de la Douma pour les affaires de la CEI et les liens avec les Russes de l'étranger Andreï Kokochine.

    Après les explosions survenues sur le gazoduc et la ligne HT approvisionnant la Géorgie en gaz et en électricité russes, le comportement des dirigeants géorgiens, déjà confrontés à une aggravation de la situation politique et à la chute de leur popularité, a franchi le cadre des normes civilisées des rapports bilatéraux, a indiqué le parlementaire russe.

    "Cela n'a en aucune manière contribué à la normalisation de nos rapports", a dit Andreï Kokochine.

    Le 22 janvier, trois pylônes de la ligne HT par laquelle l'électricité russe est acheminée en Géorgie ont été dynamités en Karatchaïevo-Tcherkessie. Le même jour, en Ossétie du Nord, des explosions sur deux conduites arrêtaient l'acheminement de gaz russe vers la Géorgie et l'Arménie.

    L'enquête en cours a établi qu'un engin artisanal avait été utilisé dans les deux cas. Des expertises sont menées pour établir la nature de l'explosif et sa quantité, mais on sait déjà que du plastic a été utilisé sur la ligne HT.

    Le procureur général adjoint de la Fédération, Nikolaï Chepel, estime que le préjudice matériel causé par ces actes de subversion se monte à 50 millions de roubles (1 euro vaut près 34 roubles). Selon lui, les criminels présumés avaient l'intention de détériorer les relations entre la Russie, la Géorgie et l'Arménie.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik