Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La dette de l'Afghanistan envers l'ex-URSS peut être complètement effacée

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0

    MOSCOU, 6 février - RIA Novosti. La Russie a décidé de régler le problème de la dette de l'Afghanistan envers l'ex-URSS dans le cadre du Club de Paris, a annoncé officiellement lundi le ministère russe des Affaires étrangères.

    "La Fédération de Russie, créancier important de l'Afghanistan, a l'intention de résoudre le problème de la dette au niveau multilatéral dans le contexte de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) en utilisant le mécanisme du Club de Paris et compte tenu de sa législation nationale", indique le communiqué de presse diffusé par la diplomatie russe.

    Ce processus pourrait être favorisé par des efforts du gouvernement afghan tendant à développer les relations commerciales et économiques avec des sociétés des pays créanciers sur une base non discriminatoire, selon le même document.

    "Compte tenu de l'approche exposée ci-dessus, la mise en route par l'Afghanistan du mécanisme de l'initiative PPTE conduira très probablement à l'annulation totale de sa dette envers la Fédération de Russie, précise le document.

    La Russie détient la majeure partie des dettes de l'Afghanistan, selon la même source.

    "Le règlement du problème de la dette afghane impulsera le développement de la coopération commerciale, économique et d'investissement de l'Afghanistan avec ses principaux créanciers et le reste de la communauté mondiale", lit-on dans le communiqué de presse qui invite d'autres créanciers bilatéraux à adhérer à cette décision.

    Selon les estimations des experts russes, la dette de l'Afghanistan envers l'ex-URSS se chiffre à 10 milliards de dollars.

    Lire aussi:

    La Russie a remboursé la dernière dette extérieure de l’URSS
    L’Ukraine devra payer sa dette de 3 mds USD à Moscou sur décision d’un tribunal londonien
    Dette américaine: bientôt la catastrophe?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik