Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Caricatures de Mahomet: les musulmans russes hostiles aux actes de violence - SYNTHESE

    Russie
    URL courte
    0 8 0 0

    MOSCOU, 7 février - RIA Novosti. Le Conseil des muftis de Russie ne tolèrera aucun acte de violence dans le pays malgré la vague de protestation provoquée dans le monde musulman par la publication de caricatures de Mahomet par certains médias européens, a déclaré mardi à Moscou le vice-président du Conseil des muftis Mansour Chakirov.

    "Le Conseil des muftis contrôle la situation en Russie et cherche à prévenir les événements déjà en cours dans certains pays", a indiqué M.Chakirov. Dans le même temps, il a reconnu que des musulmans de toutes les régions russes envoyaient des messages de protestation au Conseil.

    "Les 1,4 milliard de musulmans du monde entier, dont les 20 millions membres de la communauté musulmane russe sont bouleversés par ce qui s'est passé. Cette provocation a lancé une réaction en chaîne dans le monde et il sera difficile d'y mettre fin", a souligné le responsable. "Mais nous comptons vivement sur un résultat positif", a-t-il ajouté.

    Toutefois, le gouvernement tchétchène a décidé mardi de suspendre les activités de l'ONG humanitaire "Conseil danois pour les réfugiés" sur le territoire de la république.

    Le vice-Premier ministre tchétchène pour les questions sociales Khalid Vaïkhanov en a informé le chef du Bureau des Nations Unies pour les Affaires humanitaires en Russie Stephen Tull.

    Il est "difficile de surestimer" les nobles efforts du Conseil danois pour les réfugiés concernant le peuple tchétchène. "Mais les caricatures du prophète Mahomet publiées dans un quotidien danois ont provoqué une réaction négative dans l'ensemble du monde musulman comme en Tchétchénie", lit-on dans la lettre de M.Vaïkhanov. "Cela pourrait avoir des conséquences irréversibles pour la situation socio-politique difficile en Tchétchénie."

    En septembre dernier, le journal danois Jyllands-Posten avait publié 12 caricatures du prophète Mahomet qui ont déclenché une vague de colère dans le monde musulman.

    D'autres médias européens - norvégiens, français, néo-zélandais et italiens - ont repris les caricatures en signe de solidarité avec le journal danois.

    Mardi, le Premier ministre tchétchène par intérim Ramzan Kadyrov a déclaré que les organisations danoises seraient interdites en Tchétchénie. "Nous avons interdit tout ce qui provient du Danemark et ils n'arriveront pas dans notre république", a indiqué M.Kadyrov devant les journalistes en marge d'une réunion du Bureau du conseil supérieur du parti "Russie unie".

    Le ministère danois des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire. "Nous ne souhaitons pas faire de commentaire", a indiqué un porte-parole du ministère joint par téléphone.

    En revanche, le président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Boris Gryzlov a qualifié les propos de Ramzan Kadyrov "d'avis personnel".

    Le conflit qui a éclaté en Occident après la publication des caricatures de Mahomet et la réaction des pays islamiques à cette "action impie" était inévitable, estime l'archiprêtre Mikhaïl Doudko, secrétaire du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou.

    "Il s'agit d'une confrontation entre les valeurs occidentales - libérales, séculières - et les valeurs orientales - traditionnelles et profondément ancrées dans la religion. Elles devaient entrer en conflit tôt ou tard dans le contexte de la mondialisation", a expliqué l'ecclésiastique.

    Dans le même temps, "le conflit des valeurs n'est pas une catastrophe". "Je considère qu'on peut créer un modèle de rapports respectant les valeurs occidentales et orientales où personne n'imposera ses valeurs aux autres", à son avis.

    L'Église orthodoxe russe et le Conseil des muftis de Russie ont appelé mardi la communauté mondiale à utiliser l'expérience russe de la coopération musulmano-chrétienne pour créer un modèle global de coopération entre les systèmes de valeurs oriental et occidental. Les représentants des grandes confessions de Russie ont fait une déclaration en ce sens au cours de la conférence internationale intitulée "Processus globaux et diversité religieuse en Russie et dans le monde" qui se déroule actuellement à Moscou.

    "Les deux plus grandes communautés religieuses de la Russie ont pratiquement la même éthique sociale", selon Mansour Chakirov.

    "La communauté musulmane russe jouit pleinement de la liberté de conscience et elle peut transmettre librement l'appel de l'islam", a-t-il noté avant d'annoncer que le Conseil des muftis de Russie élaborait une conception permettant de définir les "limites précises de l'islam traditionnel" et de combattre efficacement l'extrémisme.

    L'extrémisme ne doit pas se propager sur le territoire de la Russie. "Notre pays est multiethnique et multiconfessionnel, nous devons donc vivre en bonne intelligence. La Russie est vouée par le Tout-Puissant à être une puissance eurasiatique", a affirmé avec certitude M.Chakirov.

    "On dépeint la Russie en ennemie de l'islam pour la transformer en zone tampon. Mais une telle stratégie ne marchera pas. Seules la conception d'un monde multipolaire et la coopération avec l'islam fondée sur l'avantage mutuel répondent aux intérêts nationaux de la Russie", a indiqué le représentant du Conseil des muftis.

    La Russie "s'est formée comme une union des Russes et des Tatars, des chrétiens et des musulmans", a rappelé Mansour Chakirov.

    Les photos (la protestation des musulmans)

    Lire aussi:

    Bienvenue en Tchétchénie: Merkel et Macron invités à évaluer la situation des homosexuels
    Les «patrouilleurs de la charia» tchétchènes terrorisent l’Europe
    Les journalistes tchétchènes adressent une lettre au Haut-commissaire de l’Onu
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik