Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La Russie peut devenir conseiller militaire de Téhéran et de Damas dans leur face-à-face avec l'Occident - expert

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 10 février - RIA Novosti. La récente visite à Damas du chef d'état-major général des forces armées russes, le général d'armée Iouri Balouievski, qui s'est déroulée dans le secret le plus strict, aurait donné lieu à un débat sur les livraisons d'armements à la Syrie et sur des actions conjointes de la Syrie et de l'Iran en cas de pression musclée de Washington sur Téhéran. Cette hypothèse a été émise par le directeur du Centre indépendant des prévisions militaires, le colonel Anatoli Tsyganok, dans les pages de l'hebdomadaire "Nezavissimoïé voïennoïé obozrenié" ("Revue militaire indépendante").

    "On peut affirmer avec une bonne part de certitude que la visite du chef d'état-major général russe a donné le feu vert à l'élaboration d'ententes sur la vente de matériel militaire à la Syrie. Sur ce plan, il pourrait s'agir des missiles de DCA Toungouska", selon l'expert.

    Une source dans l'industrie russe d'armements a annoncé qu'à l'heure actuelle la Russie exécute un contrat de livraison à la Syrie de missiles de DCA à courte portée Strelets. La source n'a pas caché que ces fournitures ont lieu en dépit des craintes émises par Israël. En effet, Strelets est un bloc de missiles du type d'Igla équipant les systèmes portatifs de défense aérienne du même nom, et Tel-Aviv craint qu'ils ne tombent entre les mains des terroristes palestiniens.

    "Par la visite de Balouievski les dirigeants russes ont montré qu'ils n'entendent pas les craintes d'Israël", a dit le colonel. "Qui plus est, ils affichent leur tendance à soutenir la Syrie qui a sur son territoire des centres de formation du HAMAS qui a remporté récemment les législatives en Palestine et qui exhorte à l'anéantissement d'Israël.

    D'autre part, le chef du Centre des prévisions militaires estime que "Balouievski a pu débattre à Damas des problèmes d'actions conjointes de la Syrie et de l'Iran en cas de pression de Washington sur Téhéran". De l'avis de l'expert, "la Russie peut intervenir comme conseiller militaire puisque Téhéran et Damas se rendent compte qu'en agissant seuls ils ne sont pas en mesure de supporter la pression des pays occidentaux, des Etats-Unis en particulier".

    Lire aussi:

    Israël s’applique à supprimer la présence militaire iranienne en Syrie
    Une rencontre secrète sur la Syrie aurait eu lieu entre Tel-Aviv, Washington et Moscou
    La Russie a livré des S-300 à l’Iran. Et après?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik