Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Les relations Russie-OTAN et quelques questions internationales évoquées par le ministre russe de la Défense - SYNTHESE

    Russie
    URL courte
    0 1 0 0

    TAORMINA (Italie), 10 février - RIA Novosti. La Russie a l'intention de continuer à coopérer avec l'OTAN, a déclaré le vice-premier ministre et ministre de la Défense de la Fédération de Russie, Serguéi Ivanov, dans son intervention à la réunion informelle du Conseil Russie-OTAN à Taormina, en Sicile.

    "La Russie se propose de poursuivre de façon constructive, ouverte et planifiée le travail sur tous les éléments de notre plan de coopération", a-t-il dit.

    La Russie est également prête à développer la coopération industrielle dans le domaine du matériel technique militaire avec les membres de l'OTAN "dans le respect de sa législation et de ses intérêts commerciaux", a-t-il ajouté.

    Le ministre s'est attardé sur la situation dans le complexe militaro-industriel russe dont les principaux problèmes sont liés à la surcapacité des entreprises de l'industrie d'armement.

    "La production militaire ne représente que 20 à 30% en moyenne du cahier des charges des entreprises de l'industrie d'armement. Je sais que chez vous ce chiffre est considéré comme optimum dans la mesure où les autres capacités tournent dans l'intérêt du civil. Tel n'est pas le cas chez nous, malheureusement", a-t-il dit. La direction russe n'a pas l'intention d'accepter cette situation et s'efforce de surmonter les tendances négatives dans le complexe militaro-industriel national", a-t-il souligné.

    "Tout d'abord, il s'agit de créer des holdings industriels importants, à double vocation en règle générale", a dit le ministre. Un exemple efficace est fourni par le groupe Almaz-Antéi qui produit des systèmes antimissile. Un groupe aéronautique unifié est en cours de création. Des structures intégrées seront implantées dans l'aérospatiale, dans l'industrie radio-électronique, dans la production de matériel blindé et d'autres secteurs.

    Serguéi Ivanov s'est félicité de la réalisation du plan d'actions du Conseil Russie-OTAN 2005 dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de la mise au point de critères d'évaluation des éventuelles menaces terroristes. A l'heure actuelle, le groupe de travail du Conseil analyse la conception russe du rôle des militaires dans la lutte contre le terrorisme.

    Le ministre a évoqué tout particulièrement la participation de navires russes à l'opération antiterroriste de l'OTAN Active Endeavour (Engagement actif). Il a annoncé qu'un groupe mobile de l'OTAN se trouvait à bord du croiseur porte-missiles "Moskva" arrivé au sein d'un détachement de la Flotte russe de la mer Noire dans le port italien de Messine. Au terme de la visite, les navires russes gagneront le secteur des exercices avec les frégates de l'Alliance atlantique.

    Le ministre a invité les représentants de l'OTAN à visiter le croiseur porte-missiles russe "Moskva".

    Serguéi Ivanov a annoncé que des exercices complexes de transfèrement et de déploiement d'un groupe russo-otanien auraient lieu dans une zone de crise conventionnelle en 2007 et 2008. Pour l'année en cours, les deux parties projettent des exercices conjoints avec l'aviation de transport militaire.

    Le ministre russe de la Défense juge nécessaire d'assurer la compatibilité opérationnelle entre les structures militaires de la Russie et de l'OTAN, surtout lors des opérations internationales conjointes.

    "Il est possible de parvenir à la compatibilité des équipements destinés à assurer le contrôle du trafic aérien ainsi que l'échange d'informations sur les aéronefs entre la Russie et l'OTAN ", a-t-il dit.

    L'expérience menée en septembre dernier sur la base des centres de contrôle du trafic aérien à Moscou et à Varsovie a montré l'efficacité de la coopération en cas de détournement d'avions par des terroristes.

    "La compatibilité opérationnelle s'impose tout particulièrement en raison de la décision du président russe d'envoyer dans le premier semestre 2006 un contingent militaire russe de 200 hommes dotés d'armements et de matériel de guerre dans le cadre de l'opération de maintien de la paix dans le Sud du Soudan sous l'égide de l'ONU".

    Cependant, l'Union africaine doit jouer le rôle principal dans le règlement de la crise dans la province du Darfour du Soudan, estime le ministre.

    "La paix sur le "continent noir" ne peut être restaurée que par les Africains eux-mêmes", a-t-il dit.

    Serguei Ivanov a également abordé la situation en Afghanistan. Bien que la situation socio-politique soit calme, à la différence de l'Irak, elle ne saurait être qualifiée de stable. Les actions terroristes des groupements extrémistes se poursuivent, le trafic de drogue et la contrebande d'armes prospèrent, et l'argent sale alimente l'extrémisme et le radicalisme.

    "La cause est la même qu'en Irak: la faiblesse du pouvoir", a affirmé Serguei Ivanov.

    En ce qui concerne l'Iran, Serguei Ivanov a déclaré aux journalistes que la proposition de Moscou d'enrichir l'uranium sur le territoire de la Russie tenait toujours.

    Commentant la déclaration de la direction russe sur la possibilité de contacts avec le Hamas, Serguei Ivanov a dit: " D'après mon pronostic, tôt ou tard, les grandes puissances, dont les pays du "quartet", commenceront à entretenir des contacts avec le Hamas".

    Le Hamas est arrivé au pouvoir, c'est un fait. Deuxième fait, il est arrivé au pouvoir à la suite d'élections libres et démocratiques. Troisième fait, certains aspects de l'activité du Hamas n'arrangent pas de nombreux Etats du monde, y compris la Russie", a dit le ministre.

    Les contacts directs sont nécessaires pour expliquer l'attitude de nos pays envers les divers problèmes, y compris le règlement du conflit proche-oriental, "sans l'aide des journalistes ou autres porte-voix".

    Par ailleurs, Serguei Ivanov a souligné qu'il n'estimait pas que le Hamas soit prêt à établir prochainement de tels contacts.

    Le ministre a invité les médias à faire preuve de sens des responsabilités.

    "En Russie, personne ne conteste ni ne contestera la liberté de la presse, mais il ne faut pas oublier qu'elle assume une responsabilité", a-t-il déclaré en commentant le "scandale des caricatures".

    Serguei Ivanov a également déclaré que la fourniture à la Biélorussie de systèmes de missiles de DCA russes S-300 ne contredisait pas les engagements de la Russie.

    "Cela n'a rien à voir avec nos rapports avec l'OTAN dans le domaine du contrôle de l'espace aérien", a-t-il précisé.

    Quatre groupes de missiles de DCA S-300PS destinés à renforcer le groupement des forces anti-aériennes des pays de la CEI (Communauté des Etats Indépendants) sur le théâtre est-européen seront opérationnels en mars en Biélorussie. La frontière de la zone d'action de la DCA de la CEI sera ainsi repoussée de 150 km vers l'Ouest. En même temps, la zone de détection des cibles aériennes augmentera de 400 km.

    Lire aussi:

    Stoltenberg: l’Otan déterminée à améliorer ses relations avec la Russie
    L’Otan augmente sa présence dans les zones européennes où ils ont promis de ne le faire
    Pourquoi les USA réalisent des essais de leur bombe nucléaire B61-12?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik