Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Les partis politiques russes ont présenté leur bilan financier pour le quatrième trimestre 2005

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0

    MOSCOU, 13 février - RIA Novosti. La Commission électorale centrale (CEC) de Russie a rendu publics les premiers rapports financiers que les partis politiques sont tenus, en vertu de la nouvelle loi, de présenter chaque trimestre à la CEC.

    "Ce sont là bien sûr des chiffres fragmentaires qui ne fournissent pas une idée complète de l'activité financière des partis", a dit le premier vice-président de la Commission électorale centrale de Russie, Oleg Veliachev, en présentant ces données à la presse.

    Oleg Veliachev a indiqué que pour l'instant il ne s'agissait que de rapports sur l'activité financière des organes centraux des partis politiques russes pour le quatrième trimestre 2005. Les données concernant l'activité des partis politiques et leurs sections régionales pour l'ensemble de l'année 2005 devront être communiquées à la CEC d'ici au 1er avril dernier délai et elles seront rendues publiques à l'issue des vérifications à la fin du premier semestre 2006.

    Le premier vice-président de la CEC a fait remarquer que 34 des 37 partis politiques enregistrés en Russie ont déposé leurs rapports dans les délais fixés par la loi.

    Trois partis, à savoir le Parti unifié russe Rous, le Parti populaire républicain de Russie et le Parti constitutionnel démocratique de Russie, n'ont fourni aucun renseignement.

    Au cours du quatrième trimestre 2005 les partis qui ont déclaré les ressources financières les plus importantes sont Iedinaïa Rossia (268,5 millions de roubles), Rodina (31 millions), le Parti libéral démocrate (24,7 millions), le Parti russe de la vie (15,9 millions), Iabloko (12,4 millions), l'Union des forces de droite (9,8 millions) et Patriotes de Russie (9,2 millions). En neuvième position on trouve le KPRF (Parti communiste de la Fédération de Russie) avec 4 millions de roubles de rentrées, devancé par le Parti républicain de Russie (5,8 millions).

    Sept partis politiques ont déclaré n'avoir reçu aucune somme d'argent.

    Il ressort du tableau remis aux journalistes que pour la quasi totalité des partis cet argent provient de dons effectués par des personnes physiques.

    Selon Oleg Veliachev, les renseignements sur les donateurs figurent dans une annexe confidentielle et ils ne pourront être rendus publics qu'au terme d'une vérification qui reste à faire.

    Dans le même temps le premier vice-président de la CEC a relevé que l'analyse préliminaire de ces données montrait que pour Iedinaïa Rossia, Patriotes de Russie, l'Union des forces de droite et certaines autres formations les donateurs étaient surtout des fonds non commerciaux.

    "Ce sont des structures financières peu transparentes et pour cette raison il est assez difficile de les contrôler", a-t-il dit.

    En ce qui concerne les dépenses on trouve encore Iedinaïa Rossia en première position avec 265,9 millions de roubles pour le financement de son activité statutaire. Ses sections régionales en ont dépensé 161 millions. Ce parti a consacré 55,6 autres millions de roubles à l'entretien de ses organes dirigeants, dont 14,5 millions pour la tenue de congrès et de conférences ainsi que pour les campagnes électorales et référendaires.

    Le LDPR a dépensé 29,5 millions de roubles dont près de 14 pour les élections et 11,3 à des fins de propagande.

    Le KPRF a dépensé 3,9 millions de roubles dont approximativement un tiers (1,4 million) pour l'entretien des organes dirigeants et en a affecté autant aux sections régionales.

    En ce qui concerne Rodina, ce parti a dépensé 29,4 millions de roubles, dont 13,9 pour l'entretien des organes dirigeants et 14,7 millions octroyés aux sections régionales.

    Il faut signaler par ailleurs que dans leur quasi-totalité les partis ont déclaré n'avoir rien dépensé à des fins caritatives et d'activités internationales.

    Lire aussi:

    Des observateurs internationaux interdits d'accès à la présidentielle russe de 2018?
    Aucune censure: Poutine commente l'affaire Serebrennikov
    Mieux vaut jouer les fourmis que les cigales: Trump se prépare à la présidentielle 2020
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik