Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Une oblitération spéciale aura lieu lundi à Saint-Pétersbourg à l'occasion du 50e anniversaire des recherches russes dans l'Antarctique

    Russie
    URL courte
    0 2 0 0
    SAINT-PETERSBOURG, 13 février - Anna Novak, RIA Novosti. Une oblitération spéciale de timbres émis à l'occasion du 50e anniversaire des recherches russes dans l'Antarctique aura lieu lundi à la Poste centrale de Saint-Pétersbourg.

    Le service de presse des services postaux de la ville et de sa région a annoncé que les timbres représentaient le navire Ob, l'avion Il-76TD, le navire scientifique Akademik Fiodorov et un train de traîneaux. Une carte de l'Antarctique avec l'emplacement des stations scientifiques russes figure sur l'enveloppe.

    Cette série de trois timbres d'une valeur nominale de 7 roubles chacun a été tirée à 190.000 exemplaires. L'enveloppe a été tirée à 20.000 exemplaires.

    "Les enveloppes et les timbres sont déjà en vente libre, les collectionneurs pourront les faire oblitérer à partir du 13 février et jusqu'à la fin de l'année.

    RIA Novosti a appris auprès de l'Institut de l'Arctique et de l'Antarctique que la première station scientifique Mirny avait été implantée le 13 février 1956 dans l'Antarctique, sur le littoral de la mer de Davis. Le drapeau national avait été officiellement hissé ce jour là et le premier bulletin météo aussitôt diffusé.

    Au cours de ces cinquante années 17.327 scientifiques ont travaillé sur le sixième continent au sein d'expéditions antarctiques nationales. Cinq stations polaires russes - Mirny, Vostok, Novolazarevskaïa, Progress et Bellinshausen - et deux bases saisonnières - Droujba-4 et Molodiojnaïa - fonctionnent actuellement dans l'Antarctique.

    Lire aussi:

    Le 1er rapport sur l’activité de la Chine en Antarctique depuis 30 ans voit le jour
    L’iceberg géant détaché de l’Antarctique ne menace pas la navigation
    Pékin compte explorer l’Antarctique en synergie avec la Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik