Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Moscou dénonce une "campagne antirusse" en Géorgie

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 15 février - RIA Novosti. Le vote du parlement géorgien invitant la Russie à retirer son contingent d'Ossétie du Sud, république autoproclamée qui échappe au contrôle de Tbilissi, s'inscrit dans le cadre d'une campagne antirusse alimentée par la Géorgie, a déclaré mercredi le ministère russe des Affaires étrangères.

    La décision des parlementaires géorgiens "exige le départ du contingent de maintien de la paix stationné dans la zone du conflit et la révision de l'accord de Sotchi de 1992", constate le ministère.

    "L'arrêté adopté par le parlement géorgien suscite une inquiétude à Moscou, puisqu'il s'inscrit dans la campagne antirusse alimentée au cours des dernières semaines par la Géorgie et exige le démantèlement des mécanismes et de l'assise juridique du règlement du conflit osséto-géorgien. Cette décision risque d'aggraver les tensions qui règnent dans la zone du conflit", lit-on dans la déclaration de Moscou.

    Les républiques séparatistes d'Abkhazie (nord-ouest), d'Adjarie (sud-ouest) et d'Ossétie du Sud (nord) ont proclamé leur indépendance après la chute de l'URSS, mais seule l'Adjarie est rentrée dans le giron géorgien. Des affrontements meurtriers qui ont opposé Géorgiens et Sud-Ossètes en 1992 n'ont cessé qu'après l'intervention d'un contingent russe de maintien de la paix. Élu en 2004, le président Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur les régions séparatistes. Tout en reconnaissant l'intégrité territoriale de la Géorgie, Moscou préfère préserver son contingent en Ossétie du Sud et appelle les parties en conflit au dialogue.

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik