Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Une guerre en Ossétie du Sud embraserait tout le Caucase

    Russie
    URL courte
    0 0 0

    MOSCOU, 27 février - RIA Novosti. "J'espère qu'il se trouve parmi les Géorgiens des gens lucides qui comprennent qu'il ne saurait y avoir de conflits locaux. Si une guerre commence en Ossétie du Sud, elle embrasera tout le Caucase et il sera très difficile d'arrêter ce processus", a déclaré le président d'Abkhazie Serguei Bagapch dans une interview publiée lundi dans le quotidien Vremia novostei.

    "La Géorgie ne fait pas mystère de sa décision concernant les soldats de la paix russes non seulement en Ossétie du Sud, mais aussi en Abkhazie. Nous sommes catégoriquement contre le retrait des forces de paix. Elles accomplissent parfaitement leur mission sans s'ingérer dans les querelles politiques", a souligné le président abkhaze.

    En ce qui concerne le retrait d'Abkhazie des soldats de la paix russes, il a dit: "S'ils partent, nous les remplacerons le long de la frontière".

    Serguei Bagapch s'est entretenu la semaine dernière à Moscou avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine et a rencontré à Moscou Edouard Kokoïty, dirigeant de l'Ossétie du Sud. "Nous soutiendrons l'Ossétie du Sud dans tous les domaines. Le Traité sur la paix et la coopération entre la République d'Abkhazie et la République d'Ossétie du Sud ne contient pas de composante militaire, mais une telle aide sera apportée", a-t-il dit.

    Répondant à la question de savoir si la Russie peut admettre l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie au sein de la Fédération de Russie, Serguei Bagapch a dit que la Russie n'avait pas arrêté de position à cet égard.

    "Le problème de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud consiste à assurer son indépendance, et non pas à adhérer à la Russie", estime-t-il. Selon lui, "chaque président de Géorgie commence par faire la guerre". "Il en a été ainsi à l'époque de Gamsakhourdia et de Chevardnadze, cela peut se répéter avec le nouveau pouvoir géorgien. Mais si cela arrive, tout le monde en pâtira, notamment la Géorgie. Des pourparlers sont en cours, les parties assument une responsabilité qui ne doit pas se muer en irresponsabilité", a-t-il dit.

    Lire aussi:

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik