Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Le nouveau chef de la Tchétchénie pose un ultimatum budgétaire à Moscou

    Russie
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, 17 mars - RIA Novosti. Le parlement tchétchène a décliné jeudi le projet de budget-2006 soumis par le gouvernement de la république et exigé son accroissement de plus de dix fois, informe le Kommesant. Le nouveau premier ministre Ramzan Kadyrov, qui contrôle entièrement le parlement, a soutenu les députés. Le rejet ostensible du projet de loi peut être considéré comme un ultimatum au centre fédéral, car le projet de budget de la Tchétchénie, région généreusement subventionnée, a été concerté au ministère des Finances de Russie et son équilibrage a été supervisé par Vladimir Poutine.

    Le budget tchétchène est constitué à 85% de subventions accordées par le centre fédéral.

    "Si le projet de budget (19 milliards de roubles) proposé par le gouvernement est retenu, le rétablissement de la république durera encore 50 à 60 ans", c'est ainsi que le président du parlement Doukvakha Abdourakhmanov explique la décision des députés tchétchènes. Son premier assistant Zambek Zalzaiev concrétise les exigences des parlementaires: "Le budget doit s'accroître jusqu'à 120 milliards de roubles" (un euro équivaut à 33,52 roubles).

    Les députés tchétchènes savent où trouver les ressources supplémentaires pour leur république. "La vente du pétrole tchétchène rapporte 17 milliards de roubles par an. Le Fonds de stabilisation compte déjà 1500 milliards de pétroroubles, mais nous ne recevons que des miettes", s'indigne Doukvakha Abdourakhmanov.

    La décision du parlement tchétchène a surpris les responsables du ministère des Finances de Tchétchénie qui estiment que tout atermoiement dans le règlement de ce problème aura des conséquences négatives. "On peut aussi demander l'accroissement du budget après son adoption", a expliqué le ministre des Finances de Tchétchénie Eli Issaiev.

    Ramzan Kadyrov ne partage pas l'avis du ministre: "La République doit bénéficier d'un régime particulier de financement, sinon la liquidation des conséquences de la guerre prendra encore plusieurs décennies". Le nouveau chef du gouvernement de cette région de la Russie généreusement subventionnée par le centre a fait remarquer que de nombreuses écoles tchétchènes étaient chauffées jusqu'à présent au moyen de petits poêles.

    Lire aussi:

    Bienvenue en Tchétchénie: Merkel et Macron invités à évaluer la situation des homosexuels
    Les journalistes tchétchènes adressent une lettre au Haut-commissaire de l’Onu
    Kadyrov qualifie les infos sur l'assassinat de civils en Tchétchénie de «provocations»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik