Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Un oeuf de cigogne, premier fruit d'un projet ornithologique russo-japonais

    Russie
    URL courte
    0 01
    VLADIVOSTOK, 18 avril - Alexandre Denissov, RIA Novosti. Un projet russo-nippon visant la reconstitution de la population de cigognes extrême-orientales, inscrites sur la Liste rouge internationale, a donné un premier résultat.

    L'attachée de presse de la filiale extrême-orientale russe de l'Organisation mondiale de protection de la nature (WWF) a annoncé mardi qu'un premier couple de cigognes extrême-orientales avait pondu un oeuf au Japon.

    Les dernières cigognes extrême-orientales étaient mortes au Japon en 1964, victimes de la pollution chimique des champs et des plans d'eau. Depuis plus de vingt ans des chercheurs russes, japonais et chinois oeuvrent à la reconstitution de la population de ces oiseaux.

    Selon l'interlocutrice de RIA Novosti, ce couple avait été élevé au centre de restauration des cigognes de la ville japonaise de Toyoka et en septembre 2005 il avait été lâché dans la nature. Au printemps il s'était installé dans un nid artificiel et la femelle y avait déposé un oeuf. Les spécialistes du centre observent les oiseaux en permanence. Pour l'instant ils ne sont pas sûrs que le couple puisse seul élever leur cigogneau.

    120 autres oiseaux se trouvent au centre de restauration. Ils ont été apportés des réserves de Khingan (Russie) et de Zhalong (Chine). Actuellement 3000 cigognes extrême-orientales en tout et pour tout sont recensées dans le monde. Toutes habitent le bassin de l'Amour.

    Lire aussi:

    Comment avoir une énorme facture de téléphone à cause d’une cigogne?
    Quand la faim donne des ailes: la chasse d’un léopard affamé dans cette vidéo stupéfiante
    L’amour de ces cigognes dure depuis 16 ans!
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik