Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    Une nouvelle vague de privatisations en Russie

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 25 avril - RIA Novosti. L'étatisation actuelle de grandes compagnies en Russie fera place, dans 3 à 5 ans, à une nouvelle vague de privatisations, prédit Anatoli Tchoubaïs, président de RAO UES (Electricité de Russie).

    Les experts cités par les Novye izvestia ne partagent pas l'optimisme du principal idéologue de la privatisation des années 90 en Russie.

    Anatoli Tchoubaïs estime que l'étatisation démesurée de l'économie russe est une grave erreur tactique qui sera corrigée assez vite.

    Commentant la prévision d'Anatoli Tchoubaïs, le directeur scientifique du Haut collège d'économie Evgueni Yassine a reconnu qu'il n'avait rien contre la privatisation, mais qu'il doutait que les événements suivent ce cours. "Il serait bon qu'il en soit ainsi, a dit l'ancien ministre russe de l'Economie, mais je n'ai aucune certitude. Du point de vue économique, ce serait parfaitement juste. Mais il est peu probable que 3 à 5 ans suffisent pour se persuader que l'étatisation est une voie pernicieuse. Dans le contexte des prix élevés du pétrole, l'Etat sera tenté de poursuivre sa politique".

    Evgueni Yassine est persuadé que seule l'entreprise privée permettra de développer la Russie. Quant au repartage des biens, selon lui, il existera toujours, mais il ne faut pas en avoir peur. "C'est un mécanisme de recherche d'un propriétaire efficace. Il est impossible de l'éviter. L'essentiel est d'avoir une législation juste et un système judiciaire indépendant. J'estime que ce processus se déroulera prochainement en Russie plus activement que dans le monde entier, car il n'est pas encore achevé chez nous", a résumé l'économiste.

    Irina Khakamada, leader du Parti démocratique russe Notre choix, se prononce plus catégoriquement: "J'estime qu'Anatoli Tchoubaïs a raison, dans une certaine mesure, mais ce processus ne sera pas transparent, affirme-t-elle. A mon avis, il l'attribue au changement éventuel du pouvoir, mais celui-ci ne changera pas radicalement prochainement, plus précisément dans 3 à 5 ans. Je n'y crois pas".

    Lire aussi:

    Poutine nomme le nouvel ambassadeur russe aux États-Unis
    Nouvel ambassadeur russe aux USA: Moscou a toujours prôné une collaboration constructive
    «Le Président a été très accueillant»: l'ambassadeur de Russie aux USA rencontre Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik