Ecoutez Radio Sputnik
    Russie

    La concurrence pour les ressources énergétiques peut provoquer une nouvelle guerre froide

    Russie
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 30 mai - RIA Novosti. Selon l'académicien Evgueni Velikhov, la concurrence dans le domaine des ressources énergétiques peut devenir une source de conflits dans le monde contemporain.

    "Une guerre froide peut éclater entre les pays qui se livrent une concurrence pour les ressources énergétiques, et cette concurrence est une source potentielle de conflits", a déclaré Evgueni Velikhov à Moscou, à la conférence "La Russie a-t-elle besoin de l'Occident?"

    Selon le scientifique, la Russie n'est pas un facteur déterminant dans le règlement du problème de la concurrence pour les ressources énergétiques, mais il ne faut pas oublier que depuis 30 ans la Russie est un des plus importants fournisseurs de ressources énergétiques.

    Plusieurs problèmes énergétiques importants se posent actuellement à la communauté mondiale, a fait remarquer l'académicien.

    "Il est nécessaire de régler le problème de la stabilité du marché du gaz. Ce marché est régional. Pour qu'il devienne global, il faut passer au gaz liquéfié", a souligné Evgueni Velikhov.

    Selon lui, "la Russie n'y est pas encore prête, mais nous avons les ressources appropriées". Le prochain sommet des pays du G8 à Saint-Pétersbourg peut aboutir à la compréhension que la coopération est susceptible de régler le problème de la confrontation dans le secteur énergétique.

    "La coopération constructive peut exclure une "guerre froide". Mais, si la communauté mondiale a affaire à une crise de l'énergie, le problème de l'accès limité aux ressources énergétiques peut surgir", estime Evgueni Velikhov.

    Lire aussi:

    Sebastian Kurz: la coopération énergétique avec Moscou assure la sécurité de l’Europe
    Le ministre syrien du pétrole rend public un projet ambitieux de Damas
    Trump veut pousser les USA en tête du secteur énergétique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik